Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Que mesure le classement Wikio?

image Comme le mois dernier, Wikio m'a communiqué en avant-première le top 20 d'octobre des blogs scientifiques. Peu de mouvement d'un mois sur l'autre dans ce classement, où l'on retrouve les même vieilles connaissances. On notera cependant la chute de Technologies du Langage, le blog de Jean Véronis, qui trustait la première place depuis son apparition dans le groupe, au profit de La feuille, d'Hubert Guillaud, toujours talonné par ARHV, qui remporte une honorable deuxième place pour son dernier mois plein d'exercice (sa migration sur la nouvelle plate-forme collaborative de recherche Culture Visuelle devrait être effective fin octobre).

Classement Wikio, octobre 2009, catégorie blogs sciences

  1. La feuille
  2. Actualité de la Recherche en Histoire Visuelle
  3. Technologies du Langage
  4. Bibliobsession 2.0
  5. affordance.info
  6. L'Edition électronique ouverte
  7. Baptiste Coulmont
  8. Autour des sciences
  9. Marlene's corner
  10. Tom Roud
  11. Langue sauce piquante
  12. 2009 Année Darwin
  13. Klog
  14. Inclassables Mathématiques
  15. Dr. Goulu
  16. Enro, scientifique et citoyen
  17. XG_BlogNotes
  18. Le Blog d'ABCMaths
  19. Strange Stuff And Funky Things
  20. Vagabondages

Lire la suite...

Calme plat sur le front des blogs savants au mois d'août

image C'est à ARHV qu'échoit ce mois-ci le privilège de publier en avant-première le classement des blogs sciences de Wikio de septembre. On se souvient que celui-ci, créé en février 2008, avait occasionné quelques passes d'armes entre Olivier Ertzscheid et moi, à l'époque où nous nous disputions les premières places du classement.

Cette agitation n'est pas de mise au sortir de la torpeur estivale. J'ai moi-même été particulièrement paresseux, puisque le mois d'août n'a enregistré qu'un seul billet et quelques signalements. Comme ARHV conserve son habituelle troisième place, j'en déduis que mes collègues n'ont pas été beaucoup plus actifs que moi. Le reste du classement reproduit lui aussi quasi à l'identique l'ordre du mois précédent. Technologies du langage, de Jean Véronis, conserve son indéboulonnable première place. Baptiste Coulmont gagne un rang, Langue sauce piquante en perd deux, Tom Roud remonte de trois cases... Bref, pas de quoi réveiller Aphatie.

Lire la suite...

Is it a bird? Is it a plane? No. It's a monopolistic library-bookseller

Le grand numérisateur a tout pris. Livres libres de droits, livres sous droits, livres dans la zone grise et oeuvres orphelines. Tout y est, ou presque. Et même s'il est toujours quasi-impossible d'estimer réellement le nombre d'ouvrage réellement numérisés et disponibles dans Google Books, la fourchette raisonnable se situe entre 7 et 10 millions d'ouvrages numérisés, pas mal pour un projet lancé en 2005.

Par Olivier Ertzscheid, Affordance.info, 05/06/2009.
Lire la suite...

La recherche d'images par l'image

TinEye est le premier moteur de recherche qui utilise des technologies d’identification d’images pour rechercher des images sur le net. Cela signifie que les critères de recherche ne sont pas textuels (mots clés), mais constitués d’images (des ensembles de pixels). Concrètement, si vous lui soumettez une image, le logiciel vous ramènera toutes les occurrences de cette image qu’il connait, même si elles ont été modifiées ou recadrées. Il utilise pour cela un algorithme produisant une empreinte digitale de l’image recherchée qui est ensuite comparée à l’index. Lancé en mai 2008 par la société canadienne Idée Inc, ce service est passé maintenant en version beta publique. Depuis son lancement, il a continué à indexer le web pour agrandir sa base de données, seul moyen de gagner de l’efficacité. Le système est utilisable gratuitement par tout internaute, il suffit de s’inscrire ici. TinEye propose aussi l’installation d’un plug-in et/ou d’un bookmarklet, qui permet de procéder à une recherche d’image en un seul clic à partir de votre browser.

Par Béat Brüsch, Mots d'images, 14/01/2008.
Lire la suite...

Quand YouTube remplacera Google

La facilité d’accès aux vidéos en ligne, incarnée par la plateforme de partage de vidéo YouTube, change profondément la société, concluaient les intervenants du Web 2.0 Summit à San Francisco qui discutaient sur le sujet du web et de la politique (vidéo, transcription en français des meilleurs moments). YouTube est récemment devenu le second moteur de recherche du monde selon Comscore (passant devant Yahoo!), avec 344 millions de visiteurs uniques (voir les chiffres d’audience mis en avant par Didier Durand). En juillet 2008, 75 % des internautes américains ont visionné 5 milliards de vidéos en ligne, soit plus de 54 vidéos en moyenne par personne et par mois, estime Comscore. Non seulement presque tout le monde regarde des vidéos en ligne, mais toute conversation, significative comme insignifiante, est désormais filmée - et tous ces films sont accessibles sur YouTube.

Par Hubert Guillaud, InternetActu, 11/12/2008.
Lire la suite...

Extension du domaine de la recherche vidéo...

...ou l'avènement de la voie remontante

D’après un rapport de ComScore, YouTube était dès le mois d’août 2008 devenu le deuxième plus important site générateur de trafic de recherche du net grillant la politesse à Yahoo! et se positionnant dans la roue de son grand frère Google.

Mais voilà, au cours de la nuit du 4 au 5 décembre 2008, YouTube a enclenché le turbo-boost et a déployé ce qui s’avère être le plus important portail de recherche vidéo au monde voire le plus important portail de recherche tout court en termes de reach (l’estimation de cette assertion reste à faire).

Pas de révolution majeure dans l’ergonomie du site pour arriver à ce résultat. YouTube a simplement incorporé dans l’ensemble des lecteurs exportables de sa plateforme un champ de recherche vidéo.

Lire la suite...

Aaaliens. Des blogueurs, pas des moteurs!

image "Ce que n’avaient pas prévu les auteurs de Science-Fiction c’est que les aaaliens arriveraient en bêta. Le web était passé par là…"

Aaaliens est constitué d’une fédération de blogueurs souhaitant mutualiser (partager et co-enrichir) leurs veilles et leurs recommandations. C’est un outil - voir un postmedia - de "blogger ranking" ou de "linkjournalism" (une "agence de presse de liens"?).

Aaaliens est maintenant disponible dans une version "zéro". Le site sera en permanence actualisé. En fonction de vos souhaits. Dès la semaine prochaine.

Pensé à partir d’une page blanche (ou presque) par des fous à lier, aaaliens répond cela dit à une vraie stratégie d’audience, pensée pour contrer Digg et Google (en se nourrissant de nos Delicious) et comme nous semblant être le bon bout de la chaine de valeur: le noeud par lequel passent et passeront de plus en plus les usages, la recommandation.

Ici le "fil humain" n’est jamais cassé. Aaaliens est composé de ceux que vous lisez déjà (et jamais assez) ou plus exactement du meilleur de leurs lectures et de leur veille - et en aucun cas de leur propres productions.

Lire la suite...

Voyage au pays des mashups: Fastr

image Selon Wikipédia, un mashup est une application composite «qui combine du contenu provenant de plusieurs applications plus ou moins hétérogènes. On parle de mashup artistique ou de mashup technologique (…). On parle de mashup dans le cadre d'une superposition de deux images provenant de sources différentes, superposition de données visuelles et sonores différentes par exemple dans le but de créer une expérience nouvelle.»

Avant d’être appliqué aux recombinaisons de données sur internet, ce terme définissait un style de production musicale. Apparu dans les années 1980, le mash-up est une forme de remix associant dans un même morceau deux ou plusieurs titres existants, mêlant généralement les parties vocales d'un morceau sur la musique d'un autre. Par extension, cette expression sera également appliquée aux productions vidéo mélangeant images et fond sonore de sources différentes. Quelque soit le domaine dans lequel on l'utilise, le terme de mashup désigne toujours un processus libre de transformation créatrice et de recombinaison, une culture du remake qui se nourrit de remaniements et de reprises, basée sur une éthique de l'emprunt et du partage créatifs.

Lire la suite...

Small is beautiful (6): le carton d'invitation

image "Small is beautiful" devait être une série de notes sur les effets "à bas bruit" du nouveau. Je ne m'attendais pas y consigner les retours de manivelle de l'ancien. Mais il faut admettre que les outils numériques ont une influence qui déploie leurs modèles bien au-delà de l'univers électronique. Hier encore, au moment de partir, impossible de remettre la main sur ce fichu carton d'invitation (pour la très recommandable exposition Tichy à Pompidou). En fin d'année scolaire, le capharnaüm de mon bureau atteint des sommets. Un état qui n'est d'ailleurs pas sans lien avec l'augmentation de productivité qu'entraîne le numérique – les sollicitations se multiplient, le rythme auquel on est supposé y répondre s'accélère. Mais à la différence du merveilleux bureau virtuel de mon Mac, où tout nouvel objet entrant se range tout seul et reste à tout moment accessible par la grâce de l'indispensable Spotlight, les piles qui s'entassent de part et d'autre de mon écran ne sont, elles, pas indexées automatiquement par l'infaillible mémoire d'un moteur de recherches multicritères. Je me retrouve donc à chaque fois à maudire la poste, l'industrie papetière et Gutenberg lui-même, en écumant les huit tas de courrier astucieusement répartis entre: ultra-urgent, à faire demain, priorité code rouge, sans faute, promis-juré-craché. Le carton, bien sûr, est quelque part sous mon nez, à une distance statistiquement comprise entre vingt et quarante centimètres, mais il est aussi bien caché que la caisse de l'Arche perdue dans les archives fédérales US. Je le sais, c'est peine perdue. Je pars donc furax. A l'arrivée, évidemment, ce truc ne sert strictement à rien, puisqu'on me laisse entrer sans. Quand les fabricants de cartons d'invitation comprendront-ils la futilité de ce vestige des années pub, aussi tendance qu'un clip de Demis Roussos? Ce soir, c'est République des blogs. Au moins une invit' que je n'aurai pas à chercher – merci Facebook!
(A noter que l'expo Tichy a aussi son annonce sur FB – grâce à Marc Lenot, contributeur au catalogue et chercheur au Lhivic.)

Wikio classe les blogs savants

image Créé par Pierre Chappaz en juin 2006, le moteur de recherche francophone Wikio poursuit l'amélioration de son interface, en créant ce mois-ci plusieurs nouvelles catégories de classement des blogs (divers, littérature, musique, science...). Dans la catégorie "sciences", Actualités de la recherche en histoire visuelle, 116e au classement général, remonte à la deuxième place, derrière Affordance.info, d'Olivier Ertzscheid – à qui j'ai essayé sans succès de ravir la tête du classement en rédigeant un billet qui associait Carla Bruni, Laure Manaudou et Simone de Beauvoir. Peine perdue! Olivier suit son sillon grâce à Wikipédia, ce qui lui vaut une interview dans Libération, Ecrans et Politis. J'espère bien que cette mise en valeur du contenu d'ARHV me permettra moi aussi de côtoyer bientôt le monde doré de la grande presse, voire d'accéder à Elkabbach ou Morandini.

La suite du classement distingue Bibliobsession 2.0, Langue sauce piquante, Urfirstinfo, Tour de toile du BBF, Bruit et chuchotements, Figoblog ou Baptiste Coulmont. Soit une prédominance marquée des sciences de l'information et des bibliothèques dans le haut du palmarès.

Lire également chez Ouinon.

Pouvoirs de l'image, mystères de la recherche

Il est de tradition sur les blogs de relever les requêtes les plus étranges ayant conduit sur le site. Enregistrée aujourd'hui à 10h40, la question suivante, sur AOL Search: “faire peur à un ami avec une image à l'ouverture de son PC”, me plonge je l'avoue dans des abîmes de perplexité – tant par son libellé et ce qu'il suggère d'intelligence artificielle dernier cri, par le but énigmatique visé par l'internaute, que par les réponses du moteur, qui donne ARHV en 2e et 3e positions, avec des renvois sur les tags "pratiques" et "photo digitale". Pour le cas où ce farceur adepte des nouvelles technologies repasserait par ici, les suggestions pour obtenir l'effet recherché seront les bienvenues.

Le musée achéménide à l'honneur

image Il y avait foule pour écouter la présentation du Musée achéménide par son créateur, Pierre Briant, mercredi 28 février à l'INHA, à l'occasion de la rencontre-débat "L’image, l’histoire de l’art et le web". Unique en son genre, cette ressource en ligne propose l'accès aux reproductions en haute définition de plus de 8000 objets d’époque achéménide (550 à 330 avant J.-C., entre Indus et Méditerranée), conservés dans des dizaines de musées dans le monde (Bibliothèque Nationale de France, British Museum, glyptothèque de Munich, etc.). Une interface remarquable permet de procéder à une observation détaillée des pièces et de conserver la mémoire de ses recherches sur le site. “Un cabinet d’étude plus encore qu’un musée”, selon la formule de Corinne Welger-Barboza qui, par une heureuse coïncidence, consacre au même moment un article détaillé à ce programme exceptionnel dans les colonnes de l’Observatoire critique (également présent à la rencontre-débat). L'application mise au point par José Paumard (Paris XIII), sous l'égide du Collège de France et du CNRS, sera bientôt disponible en libre accès pour servir à d'autres projets.

Référence: http://www.museum-achemenet.college-de-france.fr/

Le tag social, piège à journalistes

image La rumeur de manipulation des vidéos communistes sur Dailymotion est en passe de devenir l'un des attrape-gogos les plus drôles de la campagne présidentielle. Un mois après Le Monde et Marianne, un journaliste du Figaro.fr est à nouveau tombé dans le piège. Sous le titre "Le mystère des vidéos communistes sur Dailymotion", Jérôme Bouin écrit:

Ce sont les vidéos de la candidate communiste Marie-George Buffet qui occupent les huit premières places du classement, de sa déclaration de candidature jusqu'à ses positions sur le droit opposable au logement. Ces vidéos ont été vues entre 564.000 et 207.000 fois. Des scores étonnants par rapport aux vidéos les plus populaires sur les favoris de la présidentielle. Ainsi, les montages satiriques sur Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy culminent à 56.000 visionnages. Les idées défendues par Marie-George Buffet connaîtraient-elles, via Internet, un regain d'intérêt ou ces chiffres sont-ils obtenus par une manipulation technique ? Chaque clic sur une vidéo étant comptabilisé comme un visionnage, des robots peuvent effectivement être programmés pour répéter cette action des milliers de fois, venant ainsi gonfler l'audience.

Lire la suite...

Small is beautiful (2): la carte d'Egypte

image Petite chronique des nouveaux usages (suite). Agé de neuf ans, mon fils est en cours élémentaire deuxième année. Hier soir, il demande à sa mère s'il peut utiliser son ordinateur (celui de son père est toujours occupé). Il lui faut une carte de l'Egypte pour un exposé. Ouverture du navigateur sur la page d'accueil de Google. Il tape les mots: "carte d'egipte" (sic). Le moteur lui propose de modifier l'orthographe pour: "carte d'egypte". Un clic. Puis un deuxième sur l'item "Images". Je n'interviens que pour conseiller de sélectionner l'affichage "Grandes". Il choisit une carte illustrée, un document scanné de 1992, disponible sur Lycos. Impression (couleur). Deux, trois minutes en tout? Là encore, comme précédemment, aucune hésitation sur la procédure.

— Tu connais Google images? Tu as déjà fait des recherches dessus? — Oh oui, à l'école, on va sur Google. On a cherché des images pour préparer les exposés. Le maître va les mettre sur une petite clé pour les mettre après sur notre site, tout le monde pourra les voir. (Puis, avec une lueur de malice, sûr de coincer son interlocuteur:) Tu sais faire des hyperliens?

Pendant ce temps, certains évoquent gravement l'école de Jules Ferry...

Des bravos pour Zotero!

On attendait depuis longtemps un outil capable de produire à la volée des notices bibliographiques à partir de la consultation d'une page web. Après plusieurs essais guère satisfaisants, le chercheur dispose désormais d'une interface qui ressemble beaucoup à la solution miracle: Zotero, produit par le Center for History and New Media. Enregistrer d'un seul clic le titre d'une page web en même temps que son url: ce principe simple et efficace a fait le succès de Del.icio.us. Pour les universitaires, cet instrument restait toutefois trop sommaire pour être utilisé dans un contexte scientifique. Sous la forme d'une extension gratuite de l'indispensable Firefox 2.0, Zotero est un véritable couteau suisse du référencement bibliographique. Sa première fonction est de permettre un archivage détaillé d'une page web: à l'url, au titre et à la date de consultation, il ajoute une sauvegarde complète en html, ce qui est déjà extrêmement pratique. Mais Zotero est aussi un outil de réferencement bibliographique complet: on peut achever à la main le renseignement de la fiche (nom de l'auteur, titre de la publication, etc.), éventuellement enrichie d'une prise de notes, le tout catalogué aux formats classiques des logiciels de bibliographie (EndNote, Refworks, JabRef, etc.), avec lesquels Zotero est parfaitement compatible à l'export et à l'import (là, normalement, le lecteur qui connaît un peu le paysage de la bibliographie électronique doit commencer à avoir les yeux qui brillent...).

Mais ce n'est pas tout: comme on pouvait s'y attendre - comme on pouvait l'espérer - Zotero est aussi capable de reconnaître automatiquement dans une page web les métadonnées bibliographiques et de les enregistrer, toujours d'un seul clic. Il faudra bien sûr corriger et compléter certaines indications, en fonction du contexte et de ses habitudes, mais il suffit de tester l'outil sur la Library of Congress, sur Google Books ou sur le site du New York Times pour commencer à avoir une idée des chevaux qu'on a sous le pied. Evidemment, le village gaulois les catalogues de la BNF restent imperméables à ce type d'interactivité, et requièrent de passer par le bon vieux couper-coller. Quant à Hal-SHS, qui comporte une fonction d'exportation des métadonnées, un peu lourde, mais qui a le mérite d'exister, on ne peut que souhaiter qu'il se convertisse à la philosophie du one-click. En un mot, Zotero livre à la communauté savante un outil admirable d'ergonomie, qui complète avec bonheur les instruments existants. A tester d'urgence.

Consulter également: