Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Le phénomène Dailymotion: la thèse

Suite au papier du Figaro, j'ai été questionné sur les a priori de mes remarques sur le rôle de Dailymotion dans la campagne présidentielle. Comme ces remarques s'appuient effectivement sur une thèse sous-jacente, il est peut-être utile de l'expliciter rapidement.

Je ne suis pas le seul à avoir constaté le caractère de plus en plus problématique des enquêtes d'opinion sous la forme de sondages. Auteur du remarquable L'Ivresse des sondages (La Découverte, 2006), Alain Garrigou a souligné l'amplification préoccupante des difficultés de méthode, comme l'augmentation du nombre de refus de réponses. Cette évolution s'inscrit dans la modification des comportements politiques de l'électorat, clairement perceptibles avec les scrutins de 2002 et 2005. Pour prendre un exemple symptomatique, l'attitude décrite par le terme "citoyen", très en vogue sur le net, se décline à l'opposé de la posture militante classique de la référence-révérence à un système donné. Il s'agit au contraire d'une élaboration autonome, supposée fonder une hyper-pertinence déductive et critique. Sans entrer dans le détail de la gamme de ces nouveaux comportements, il me semble qu'on peut les caractériser par une complexification du rapport au politique. Face à cette nouvelle donne, l'outil sondagier, qui a su décrire un état plus simple des relations de l'électorat à sa représentation, est aujourd'hui dépassé et inopérant. Comme il demeure la seule boussole à laquelle se réfèrent les grands médias, l'analyse politique de la campagne actuelle revient actuellement à foncer pied au plancher dans le noir.

Lire la suite...

Une couverture de Placid censurée

Comme Placid, je suis troublé de voir les principaux leaders politiques de ce pays, et tous ces intellectuels en goguette et la plupart du temps sans courage, défiler pour sauver l’honneur du malheureux Val et de Charlie Hebdo au procès des caricatures. Devant les caméras de TF1, de France télévisions, etc… Et oublier le reste. La vraie censure est en marche. Elle est perfide, efficace et économique. Elle défend l’honneur des multinationales, des vedettes du foot ou du show biz et des premiers ministres. Elle s’attaque aux petits éditeurs, aux dessinateurs sans ressources, aux écrivains et aux journalistes indépendants.

Par Denis Robert, davduf.net, 17/02/2007 (via Rezo.net).
Lire la suite...

La presse lit mon blog

Dans certaines conditions, un blog peut servir à tester la réactivité des organes de presse. Les deux billets "Les vidéos de Ségolène, un indicateur Royal" et "Les vidéos de Dailymotion, un système d'information parallèle", publiés respectivement le 31 janvier et le 5 février, proposaient une hypothèse inédite. A savoir que le décompte des consultations des vidéos sur Dailymotion peut apporter des informations privilégiées sur la réception de la campagne présidentielle. Hypothèse évidemment à discuter et à vérifier (Rémi Douine, doctorant de l'ENST et chercheur associé au Lhivic développe actuellement un modèle plus précis). Le premier billet avait été repéré et cité au bout de trois jours par 20 Minutes.fr et par l'édition des abonnés du Monde.fr. Aujourd'hui, c'est le Figaro.fr qui cite et reprend l'analyse du second. Mon blog n'étant pas très exposé (il ne fait pas partie, à juste titre, des blogs politiques listés par Bonvote et autres palmarès), on peut féliciter le journaliste qui, d'être arrivé jusque là, démontre une pratique assidue du surf. (Comment ça, et Libération? Libération publie des articles rigolots, auxquels Sébastien Fontenelle rend parfaitement justice – fin du troll.)

Alain Duhamel piégé par le web

image L'effet Dailymotion a encore frappé. Cette fois, ce n'est pas un responsable politique qui est victime d'une petite phrase enregistrée au débotté et diffusée sur la toile, mais le plus chevronné des commentateurs politiques, Alain Duhamel en personne. Après avoir appris par l'intermédiaire du blog de Guy Birenbaum la déclaration du chroniqueur en faveur de François Bayrou, effectuée le 27 novembre dans le cadre d'un débat public à Sciences Po, France Télévisions puis RTL ont pris la décision de le suspendre de campagne.

Laissons de côté le sujet de dissert du jour (un chroniqueur politique peut-il conserver sa crédibilité après avoir révélé en faveur de quel candidat il vote? Je ramasse les copies dans deux heures). Si la transparence devait être de mise, il faudrait nous expliquer pourquoi aucun d'entre eux ne s'est jamais aventuré à déclarer sa préférence. Même Jean-Pierre Elkabbach n'a jamais dit publiquement qu'il voterait Sarkozy – et à vrai dire, son inclination notoire n'est pas ce qui contribue le plus à la crédibilité de ses interviews politiques sur Europe 1. La décision des chaînes, prise le jour même de la diffusion d'un "A vous de juger" avec François Bayrou, était inéluctable.

Lire la suite...

Do you speak logiciel de bibliographie? (atelier 3)

image Lorsque je consulte ma version d'EndNote, je constate que le premier copyright du logiciel date de 1988. Si je compte bien, cela fera vingt printemps l'an prochain. Au même moment sortaient les premières versions de Powerpoint ou d'Excel pour Windows. Que s'est-il passé? Certes, EndNote est probablement l'un des plus anciens logiciels de gestion de références bibliographiques – ou logiciel de bibliographie. Mais tout de même. Ce n'est qu'en 2006 que l'EHESS, en partenariat avec l'INIST, a souscrit une licence à son concurrent en ligne Refworks. En 2007, si je regarde autour de moi, aucun de mes étudiants, aucun de mes collègues proches n'utilisent couramment cet outil. Du reste, je n'y recours moi-même que depuis septembre dernier, et encore: seulement en archivage. Je n'ai encore écrit aucun article en me servant des fonctions de génération automatique de liste de références d'EndNote.

Ce retard s'explique malheureusement, dans mon domaine de recherche, d'une façon très simple. Si Refworks ou Zotero viennent à peine d'être francisés, EndNote 10 continue à ne parler que la langue de Shakespeare. Plus grave, à l'exception de Refworks, qui sait communiquer avec les catalogues de la BNF, pas plus les bibliothèques que les portails de revues électroniques francophones ou Hal-SHS ne sont compatibles avec ces instruments.

Lire la suite...

Le roman de la momie

Le Monde publie dans son édition datée d'aujourd'hui un droit de réponse de Patrick Amory, qui nie avoir été l'auteur de la photographie de François Mitterrand sur son lit de mort. On se souvient de l'extraordinaire roman signé Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin dans l'édition du 18 janvier dernier, sous un titre que n'aurait pas renié Edgar Allan Poe: "Le mystère de la dernière photo", qui nous faisait revivre les affres de Roger Thérond, pleurer avec Danielle Mitterrand et suivre dans les rues de Paris les traces de l'énigmatique criminel photographe.

Onze ans après, c'est vrai qu'on avait complètement oublié cette affaire et que, pour tout dire, on s'en fichait un peu. Paris-Match n'en était pas à son coup d'essai en matière de photographie volée. Quant à la question pour dissert de philo (fallait-il ou non respecter le voeu de discrétion de la famille?), il faut bien admettre que la dimension de l'homme public non moins que l'hommage spontané d'une foule anonyme la rendaient assez académique. Savoir qui avait appuyé sur le bouton n'était pas franchement une préoccupation cruciale, hors du cercle fermé des Mitterrandophiles pleine peau. Qu'à cela ne tienne, Rouletabille-Bacqué et Sherlock-Chemin nous mettaient en appétit grâce à l'incroyable fiction d'un Minox 35, “l'un des plus petits appareils photo du marché”, préréglé pour réussir automatiquement dans la pénombre d'un intérieur un cliché réalisé à l'insu des présents. J'ai beaucoup d'affection pour le Minox 35 (un Rollei 35 S aurait fait plus chic), mais si vous arrivez dans ces conditions à obtenir une image qui supporte la double page de Match, un conseil: laissez tomber l'école hôtelière et allez directement frapper à la porte du World Press Photo.

Lire la suite...

L'adieu à Chirac des Guignols

image Interrogé par Michel Drucker dans le cadre de l'émission "Vivement Dimanche" diffusée aujourd'hui, Jacques Chirac a admis qu'il y a “une vie après la politique”. Les Guignols de l'info réagissaient dès vendredi à cette annonce en faisant leurs adieux au président de la République. Mais la confirmation de la sortie définitive de Chirac n'est pas une bonne nouvelle pour l'émission satirique. Oeuvre longuement patinée par les ans, sa caricature reste aujourd'hui l'un des ressorts les plus vivants d'un programme qui a beaucoup perdu de sa perspicacité psychologique. Bruno Gaccio, pilote de l'émission depuis seize ans, a annoncé qu'il quitterait ses fonctions immédiatement après le départ de l'actuel locataire de l'Elysée. Y aura-t-il une vie pour les Guignols après Chirac? Une chose est sûre: les amuseurs peuvent lui adresser dès maintenant la réplique qu'ils attribuent à sa marionnette: “Vous allez (nous) manquer. Vous resterez l'un de (nos) plus beaux souvenirs”.

Call for papers: colloque "Pratiques orales du cinéma"

image Le groupe de recherche "Cinéma et oralité" du département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques de l'université de Montréal organise un colloque international intitulé Pratiques orales du cinéma qui se déroulera à Montréal du jeudi 25 octobre au samedi 27 octobre 2007, avec la participation de Roger Odin (Paris III). Ce colloque est ouvert aux enseignants chercheurs, aux étudiants de doctorat et de maîtrise ainsi qu'aux artistes de la scène et de l'écran.

Objectifs du colloque
Le colloque sollicite des contributions de tous les horizons disciplinaires, qui exploreront les perspectives ouvertes par l'influence de la culture et de la tradition orales sur les pratiques cinématographiques. Nous appelons pratiques bonimentées ou pratiques orales, toutes les projections accompagnées de commentaire. Nous nous intéressons également aux films comportant un contenu oral plus important où la parole et la langue jouent un rôle majeur. Nous proposons particulièrement d'aborder la question selon l'angle des études intermédiatiques, sociologiques, ethnologiques, linguistiques, sociopolitiques, littéraire et cinématographiques.

Nous invitons les participants à se pencher non seulement sur les pratiques bonimentées du temps du muet mais aussi sur leurs influences sur des corpus cinématographiques ultérieurs; nous proposons également d'envisager la perpétuation et la transformation de ces pratiques bonimentées du début du vingtième siècle à nos jours.

Lire la suite...

Bye Bye Bon Week

image Le magazine Bon Week, lancé par le groupe Bauer le 29 juin 2006, a cessé de paraître. Le numéro 32 du 1er février 2007, dont la couverture (ci-contre) illustre bien les problèmes rencontrés par la publication, sera le dernier. Le 31 janvier, l’éditeur faisait part dans un communiqué de sa décision d’arrêter la production de l’hebdo people après seulement sept mois d'existence. “Les raisons, bien que multiples, de cet arrêt résident principalement dans le durcissement, ces derniers mois, d'une jurisprudence devenue intransigeante et excessive, qui n'est plus en phase avec le comportement médiatique des célébrités” déclarait-il.

Nombreux sont les magazines à voir le jour et disparaître chaque année en France. La mise en avant comme argument principal d’un problème de financement dû aux frais judiciaires est toutefois une première. En dressant le top ten des personnalités ayant touché le plus de dommages et intérêts (la famille Grimaldi, Patrick Bruel, Mylène Farmer, etc.), Les Dessous de la presse people (éd. de la Martinière, 2006) montrait l'importance de cette charge dans l'économie des journaux trash. Mais Léna Lutaud et Thiébault Dromard soulignaient également que ce risque était largement contrebalancé par les ventes. Dans le cas de Bon Week, malgré une diffusion affichée de 170.000 exemplaires pour le mois de janvier 2007, il semble bien que le magazine n'ait pas réussi à trouver son public. Une ligne éditoriale floue, une vingtaine de pages seulement consacrées aux célébrités sur un total de 60 pages, dans lesquelles figurent essentiellement des jeux et des conseils féminins pratiques semblant infantiliser une lectrice, mère de famille, d’origine très populaire: autant d’ingrédients à l'origine d’un désintérêt du lectorat, dans l'univers très concurrentiel de la presse people.

Lire la suite...

Parution "Images Re-vues", n°3, décembre 2006

A l'occasion de la parution de son 3e numéro, consacré à Daniel Arasse, la revue d'histoire de l'art en ligne Images re-vues se dote d'une maquette dynamique en PHP, qui permet une meilleure navigation et un affichage accéléré (pensez à mettre à jour les références des articles des deux premiers numéros).

Sommaire

Les vidéos de Dailymotion, un système d'information parallèle

image Mercredi dernier, je publiais une note rapide signalant le succès remporté sur Dailymotion par les vidéos de Ségolène Royal. Cette remarque reposait sur l'idée que les systèmes de comptage du web, lorsqu'ils sont publics, et à condition d'être correctement analysés, sont susceptibles de fournir des informations précieuses pour décrypter la réception de la campagne. Grâce aux renseignements complémentaires apportées par les nombreux commentaires, il est maintenant possible de préciser cette analyse.

En faisant le décompte des consultations sur la plate-forme de vidéos, on constate un net avantage de Ségolène Royal sur Nicolas Sarkozy. Rapidement traduits par les blogs du PS en signes de "popularité", ces résultats ont visiblement plu aux équipes de campagne de la candidate socialiste, qui ont largement cité et repris les termes de mon billet. Ce qui pousse à s'interroger sur la clairvoyance du service de communication du PS. N'avait-il rien vu de cette remarquable avance? Ou bien n'avait-il pas jugé bon de renseigner la presse à ce propos? Auquel cas les témoignages de sympathisants socialistes recueillis sur mon blog suffiraient à prouver qu'il a eu tort.

D'autres camps ne se sont pas privés pour intoxiquer la presse à propos des vidéos en ligne. Fin janvier, Le Monde.fr puis Marianne évoquent les chiffres “surprenants” obtenus par les interviews de Marie-Georges Buffet diffusées sur Dailymotion (qui avoisinent le demi-million de consultations). En contradiction avec les témoignages des dirigeants de la plate-forme, qui affirment que “rien ne prouve que des robots aient été utilisés dans le cas des vidéos communistes”, les deux journaux insinuent qu'il y a eu manipulation. Le syllogisme sous-jacent qui les conduit à cette conclusion se réduit à: 1) seuls les militants d'un parti sont susceptibles d'être intéressés par les informations politiques sur ce parti; 2) comment une formation aussi restreinte peut-elle atteindre des chiffres aussi élevés? Ergo: il ne peut donc s'agir que d'un trucage.

Lire la suite...

Un "Président" peut en cacher un autre

image L'oeil toujours aux aguets, notre camarade Erwan entreprend l'analyse du visuel de campagne de Nicolas Sarkozy sur son blog Regarder les images. Plutôt qu'avec l'affiche de Mitterrand de 1981, il est frappé par sa ressemblance avec celle du récent film Président, avec Albert Dupontel.

Lire la suite...

Droits de reproduction des oeuvres (suite)

"Reproduction Charges: Metropolitan to scrap fees for scholars" (The Art Newspaper, January 2007).
New York: The Met (…) will drop charges this spring for the reproduction of selected images in scholarly publications with small print runs (possibly less than 2,000 copies). Commercial publications will continue to charge as usual.
Two thousand pictures will be available from www.art.stor.org, an image service launched by the Mellon Foundation.
A spokeswoman from the Met (…) said: “We hope to expand the number of images but to begin, we are offering images already digitized for our website which have been selected by our curators.”

Lire la suite...

Le Big Bang et moi

Sur l'indispensable Big Bang Blog, Daniel Schneidermann estime qu'"Actualités de la recherche en histoire visuelle" est, je cite: “le plus mauvais titre de la blogosphère”. Venant du spécialiste des titres vendeurs, inutile de dire que ça fait mal.

Je dois toutefois admettre que mon intitulé est assez impraticable et que la plupart des mentions en saccagent joyeusement la syntaxe (subtile: un pluriel, trois singuliers). Puisse cette mésaventure servir de leçon aux apprentis blogueurs: il est essentiel de réfléchir au titre d'un blog avant de l'ouvrir (après, c'est mort). A ma décharge, je n'imaginais pas, en créant cet outil, que son rôle non plus que son audience allaient dépasser de beaucoup le cercle de mon séminaire. Il aura fallu pas moins qu'une occupation de l'EHESS pour lui laisser prendre le vent – la vie est pleine de surprises. J'absous cependant le médisant, car ce jugement sévère accompagne la promotion de mon blog à la première place de sa (courte) liste de liens, où il voisine avec les sites de Jean-Michel Apathie, Pierre Assouline, maître Eolas, John Paul Lepers, Jean Véronis ou Versac. Un seul mot: mazette!

Lire la suite...

Small is beautiful (2): la carte d'Egypte

image Petite chronique des nouveaux usages (suite). Agé de neuf ans, mon fils est en cours élémentaire deuxième année. Hier soir, il demande à sa mère s'il peut utiliser son ordinateur (celui de son père est toujours occupé). Il lui faut une carte de l'Egypte pour un exposé. Ouverture du navigateur sur la page d'accueil de Google. Il tape les mots: "carte d'egipte" (sic). Le moteur lui propose de modifier l'orthographe pour: "carte d'egypte". Un clic. Puis un deuxième sur l'item "Images". Je n'interviens que pour conseiller de sélectionner l'affichage "Grandes". Il choisit une carte illustrée, un document scanné de 1992, disponible sur Lycos. Impression (couleur). Deux, trois minutes en tout? Là encore, comme précédemment, aucune hésitation sur la procédure.

— Tu connais Google images? Tu as déjà fait des recherches dessus? — Oh oui, à l'école, on va sur Google. On a cherché des images pour préparer les exposés. Le maître va les mettre sur une petite clé pour les mettre après sur notre site, tout le monde pourra les voir. (Puis, avec une lueur de malice, sûr de coincer son interlocuteur:) Tu sais faire des hyperliens?

Pendant ce temps, certains évoquent gravement l'école de Jules Ferry...

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 >