Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Invitation à François Bayrou, Jean-Marie Le Pen, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy

Quatre candidats à l’élection présidentielle mobilisent, selon tous les sondages, plus de 80% des intentions de vote des électeurs depuis plusieurs semaines. Pour autant, ces quatre candidats n’ont jamais été confrontés ensemble, dans le cadre d’un débat, aux questions des électeurs. Cette carence est dommageable pour le déroulement normal d’une campagne électorale dans un pays démocratique.

C’est pourquoi, nous, collectif de médias citoyens, de médias en ligne, de blogueurs et d’acteurs d’Internet, nous proposons d’organiser ce débat sur le web. Nous invitons donc Madame et Messieurs François Bayrou, Jean-Marie Le Pen, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy à venir débattre sur un plateau, le lundi 16 avril au matin.

Lire la suite...

Petite géographie des vidéos de campagne

image Au moment où commence la diffusion des clips officiels des candidats, il est temps de proposer un premier point sur leurs homologues "sauvages": les vidéos qui ont rythmé le déroulement de la campagne présidentielle depuis neuf mois. Le web, disait-on, allait modifier la pratique du débat politique. S'il est difficile d'évaluer dans quelle mesure les innombrables interventions écrites – articles, billets, commentaires – ont pesé sur son déroulement, en revanche, la nouveauté représentée par la possibilité de diffuser ou d'accéder aisément à des contenus vidéo a clairement constitué l'un des apports historiques de cette campagne. Elle a fourni nombre d'indications précieuses sur l'évolution du débat, et contribué plus d'une fois à faire bouger les lignes. Mais le plus intéressant est peut-être que nul n'avait prévu à quel point cette potentialité allait être exploitée dans le contexte politique. L'utilisation à cet effet des plates-formes de diffusion gratuites de vidéo en ligne a été un choix opéré spontanément par les usagers. Ce choix a créé un nouveau canal d'information, parallèle aux médias existants. Un canal hétéroclite et foisonnant, sur lequel n'ont pesé que de faibles contraintes, sans rapport avec les règles habituelles de la communication politique. Pour cette raison, celui-ci est rapidement devenu un miroir des attentes et des demandes des internautes. Un passionnant laboratoire des nouvelles formes de notre relation au politique et aux médias.

Lire la suite...

"Sarko mot à mot" épinglé par le Vidéomètre

Le Vidéomètre joue son rôle d'avertisseur. "Sarko mot à mot", film de Gérard Leclerc et Florence Muracciole produit par Serge Moati, fait ce soir une entrée en force dans le top du classement: respectivement 21.464 vues (7.10%) et 8.404 vues (2.78%) pour les deux premiers épisodes. Ce reportage réalisé en 2005, oublié dans les tiroirs de France Télévisions, a été envoyé le 1er avril en quatre tranches sur Dailymotion par un posteur anonyme. Signalé dès le 5 avril par Anna Borrel sur Marianne2007.info, le documentaire fait l'objet de nombreuses mentions au sein du réseau des blogs de la Ségosphère. Néanmoins, c'est probablement son signalement hier dans les colonnes du Monde.fr qui, là encore, est la principale cause de la brusque progression de l'audience.

Le feuilleton Camille

image Attention OVNI. Le 29 mars dernier, parmi les diverses productions à caractère politique indexées par le Vidéomètre, je découvre en première place une vidéo inconnue, sous le titre énigmatique d'"Episode 09". Quelle mention, quel forum, quel buzz lui a fait atteindre ce jour-là le score inhabituel de 9.404 vues? Est-ce la sélection sur la page streaming de Neuf Télécom? Toujours est-il que les autres épisodes de la série restent situés à un étiage beaucoup plus bas, de quelques centaines de vues seulement. C'est regrettable, car il s'agit probablement du projet documentaire le plus original et le plus réussi de la campagne présidentielle.

Réalisateur et scénariste pour le cinéma et la télévision, Samuel Tasinaje met en ligne chaque jour depuis le 5 mars dernier, sous le titre "Camille dans l'isoloir", une nouvelle interview de sa voisine, mamie presque centenaire à la langue bien pendue, qu'il interroge sur ses opinions politiques et ses impressions de campagne. Servi par un montage ultra-cut, plan serré, encadrement façon poste de télé des années 1950, chaque épisode propose deux à trois minutes d'une mitraille de commentaires, à l'énonciation souvent hilarante, sur fond de tic-tac. Alternant les jugements à l'emporte-pièce, les réflexions de bon sens ou l'observation de son entourage, la tonique Camille a un avis sur tout, et il est loin d'être bête. A ce jour, 22 épisodes ont été mis en ligne. Dès le premier, on comprend que Camille préfère de beaucoup Sarkozy, voire Le Pen, à Ségolène (“Elle fait paysanne; elle est commune, quoi…”). Bayrou la laisse sceptique. Mais voilà, le projet de Tasinaje ne s'arrête pas à l'observation d'un drôle de spécimen humain. L'outil vidéo devient un exercice actif – c'est là que le feuilleton prend tout son sens. Comme il l'explique sur son blog:

Lire la suite...

"Sarkozy colère France 3": un début d'explication

Entre le 2 avril 2007 et le 3 avril 2007, la vidéo “Sarkozy colère France 3 le 28.3.07″affole le compteur du Vidéomètre, en atteignant plus de 40.000 vues sur une journée et une part d’audience de plus de 12%. Une augmentation de plus de 547%, une progression jamais vue depuis la création de cet outil. Cet ordre de grandeur d’audience journalière, s’il se maintient, peut nous permettre dec omprendre des audiences cumulées de plus de 100.000 vues sur un nombre de jours réduit. Quels sont les éléments qui expliquent cette progression?

Lire la suite...

Call for papers: colloque "Amateur images: valorisation and manipulation"

"Amateur images: valorisation and manipulation" (21-23 January 2008, Luxembourg)
International conference on the use of amateur films and photographs, organized by the Centre national de l'audiovisuel du Grand-Duché de Luxembourg in collaboration with the University of Luxembourg.

For a long time, amateur images have been considered with suspicion and a hint of contempt by the professional milieu. Film enthusiasts, filmmakers, photographers, archivists and academics have denied any aesthetical or documentary value whatsoever to amateur films and photographs. But more and more these images, which had not been made with the intention to be shown in the commercial circuit, catch the attention of professionals. They are integrated into fiction films, documentaries, books and exhibitions, shown on television and dissected by researchers. The use of these images, often of unknown origin, raises a number of questions.

Lire la suite...

Afrique in visu, premier bilan

image Bamako a été le point d’ancrage de la première cellule d'Afrique in visu, plateforme d’échanges autour du métier de photographe ouverte en octobre 2006. Cinq mois de rencontres, de collaborations et de découvertes ont permis à l’interface web de s’enrichir quotidiennement. Cette plateforme, c’est aussi 700 visiteurs par jour et 30.000 pages vues par mois. L’équipe constituée de Baptiste de Ville d’Avray (photographe) et Jeanne Mercier (historienne de la photo africaine) a tenté de mettre en avant les professionnels du secteur photographique malien mais aussi d’autres photographes travaillant sur l’Afrique afin que naisse une réelle interaction. Le but de cette plateforme est de voir émerger des débats, des questionnements et l’appropriation du blog par les photographes panafricains. Début 2007, l’équipe d’Afrique in visu a été renforcée par deux jeunes étudiants du CAMM (Conservatoire des Arts et métiers et multimédia de Bamako), Tiécoura N’Daou et Boubacar Tangara dit Koké qui vous permettront de lire l’actualité photographique de Bamako régulièrement.

En 5 mois, Afrique in visu a tenté de présenter via des portraits ou des interviews, le plus objectivement possible les principaux protagonistes de la photographie malienne, des plus anciens comme Malick Sidibé au plus prometteur comme Harandane Dicko. Notre collaboration avec le CFP, Cadre de Promotion en Formation à la Photographie, nous a permis de mieux prendre en compte les réalités maliennes mais aussi la manière dont est enseignée la photographie au Mali. (...) Nous avons rapidement constaté un manque de structure autour de la photographie à Bamako. Mis à part le dynamisme du CFP, le secteur semble aussi peu structuré qu’il y a 10 ans. La création de la MAP (Maison Africaine de la Photographie) en 2005 ne paraît pas avoir restructuré le monde de la photographie malienne. Initiée en vue d’autonomiser et de rendre malienne la Biennale de Bamako, son action sur le terrain est quasi invisible.

Lire la suite...

Les internautes peuvent influencer l’élection

Le succès des vidéos sur le Net est considérable, notamment des vidéos à sujet politique. Qui les regarde? Cela va-t-il jouer autant que l’on veut bien le dire dans les élections présidentielles? Analyse et réponse avec André Gunthert, directeur du laboratoire d’histoire visuelle contemporaine et professeur à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales), qui travaille en ce moment avec un outil qui permet de mesurer l’audience des vidéos politiques sur le Net, le «Vidéomètre».

Propos recueillis par Alice Antheaume, 20minutes.fr, 02/04/2007.
Lire la suite…

Les vidéos de la gare du Nord boostent le vidéomètre

Non, ce n’est pas un poisson d’avril: les vidéos de l’émeute de la gare du Nord entrent en force dans le Vidéomètre, repoussant à la 18e place “Le Vrai Sarkozy”. Quinze vidéos de l’émeute apparaissent, avec une audience qui est supérieure aux niveaux quotidiens habituellement mesurés. L’audience journalière de l’ensemble des vidéos indexées par le Vidéomètre grimpe au niveau jamais atteint de 440.000 vues (contre 256.641 hier). Il s'agit toutefois pour la plupart de reprises des reportages diffusés par les journaux télévisés français.

Le Politest de Léon de Mattis

D'accord, ça n'a rien à voir avec les images, mais après tout, c'est le premier avril. C'est dimanche, un rayon de soleil pointe son nez (valable sur la moitié nord, pour les autres, remplacez par: un nuage osbcurcit l'horizon). A trois semaines du premier tour, vous vous interrogez: pour qui vais-je voter? Faites donc le "Politest, le test pour se positionner politiquement" proposé par Léon de Mattis.

Marianne en noir et blanc

image Jack Lang a présenté aujourd'hui l'affiche électorale de Ségolène Royal, alias la France. La surprise, c'est le choix du noir et blanc. Pour se présenter comme l'incarnation de la France éternelle, Sarkozy avait choisi une affiche à la Mitterrand (paysage campagnard). Le noir et blanc, c'est une autre façon d'évoquer cette même France : mais plus glamour, plus Michèle Morgan... Le noir et blanc, a expliqué Lang, a "la vertu d'épurer les traits et faire surgir le visage dans toute sa force, à la fois d'humanité et de détermination".

Pascal Riché, Mon Oeil!, 30/01/2007.
Lire la suite...

Gare du Nord: l'image et le son

image Il y a un an, les manifestations du mouvement anti-CPE occasionnaient de nombreux témoignages photographi- ques spontanés sur Flickr. Aujourd'hui, alors que ce portail n'enregistre qu'un petit nombre de réactions aux événements de la gare du Nord, c'est sur Dailymotion que les témoins envoient leurs enregistrements, en vidéo. La technologie avance vite, les usages suivent: dès mercredi soir, pour le blogueur moyen, c'était déjà un réflexe évident que de se rendre sur la plate-forme pour compléter l'informa- tion glanée dans la presse.

Et pourtant, dans ce cas, n'est-on pas allé un peu plus vite que la musique? Les enregistrements au téléphone portable, trop brefs, affreusement pixellisés, ne donnent à peu près rien à voir d'un événement complexe. D'après une amie présente sur place, il était très difficile de se rendre compte de la séquence des événements – syndrome Fabrice à Waterloo. Ce qui n'empêchait pas de nombreux témoins de brandir leur vidéophone à bout de bras. Ramenées à l'attestation d'un pur acte de présence, ces images ne contiennent que très peu d'information visuelle et n'apportent rien de plus, plutôt moins, que les séquences choisies des journaux télévisés.

Une vidéo d'une vingtaine de minutes, réalisée avec des moyens plus conventionnels, montée et éditée, permet toutefois de percevoir de façon détaillée l'économie de l'événement. Où l'on constate que la qualité du témoignage, comme dans le cas de l'école Rampal, tient à la durée de l'enregistrement. Où l'on aperçoit là aussi que la majorité de l'information vient de la bande-son. L'image sert ici principalement de cadre de référence formel et d'attestation d'unité de lieu pour un événement narré par le son, les cris, les bruits, les bribes de dialogue (à écouter de préférence au casque). Un témoignage qui montre l'essentiel: le caractère particulièrement inadapté de la réponse policière, appliquant des tactiques apprises en manifestation – un réflexe qui ne pouvait que précipiter un affrontement qu'il aurait été facile d'éviter.

Illustration: Hughes Leglise-Bataille, "Silence, on tourne!", photographie numérique, 26/03/2007, diffusée sur Flickr, licence CC.

20 Minutes me prend au sérieux

image On me signale qu'ARHV figure dans le top 50 des blogs nouvellement créé par 20 Minutes.fr. C'est très chouette. Bon, et maintenant, où est le responsable, que je lui dise deux mots de son classement? Coincé entre Loic Le Meur et le Big Bang Blog, dois-je en déduire que je suis plus intéressant que Daniel Schneidermann (ça se peut), mais cependant moins que le blogjogger (ça m'étonne)? Regardons ensuite les commentaires: “Embruns, Le bloginfluent Laurent Gloaguen donne son avis sur tout” – c'est bien vrai. “404 Brain Not Found, Blog d’opinion qui n’a pas peur de ses opinions” – c'est bien trouvé. “La République des livres, Pierre Assouline, écrivain et journaliste, dissèque tout ce qui peut s'écrire et se penser” – c'est bien mérité. “ouinon.net, Un regard décalé sur le web. Des découvertes à n’en plus finir. Et beau avec ça” – c'est bien aimable. Et quand on arrive à: Actualités de la recherche en histoire visuelle, ça donne: “Aussi sérieux qu’il en a l’air, c’est dire”. C'est dire quoi? Et la pertinence remarquable de ses analyses, c'est pour les chiens? Et son humour si distingué qui fait glousser dans les chaumières? Et son iconographie de derrière les fagots, astucieusement disposée sur Flickr, qui lui donne des airs de galerie d'art? Et sa légendaire économie dans les commentaires, soigneusement triés par le maître de maison, qui permet au lecteur de ne pas se perdre dans un inutile dédale de trolls? Et sa maquette lisible seulement sous Firefox? C'est ma femme qui va être déçue. Déjà que Schneidermann estime que j'ai un titre à coucher dehors, vous pensez bien qu'avec un label “Aussi sérieux qu’il en a l’air”, je vais attirer la clientèle... Qu'on dise ça – au hasard – de Cyril Lemieux, de Jean-Louis Fabiani, je comprendrais! Voilà des gars qui non seulement sont sérieux, ont l'air sérieux, mais sont aussi sérieux qu'ils en ont l'air (malgré tous leurs efforts). Il faudrait donc qu'un lecteur sérieux de ce blog lance une pétition de soutien pour expliquer à 20 Minutes que tout ça n'est pas sérieux: ARHV ne peut sérieusement se dire aussi sérieux qu'il s'en donne l'air. Ou le contraire. En tout cas, me trouver un meilleur slogan. Sinon, je recopie toutes les blagues de Loic Le Meur – je suis sérieux. Voici la dernière:

OK, je ne les ai pas triés depuis un moment mais il y a des moments ou je me demande si je ne devrais pas changer mon adresse email, mon téléphone mobile, mon job, mon cerveau (ou m'en faire greffer un), tout. Presque. Pas tout bien sûr, mais non. Je vais courir un coup tiens cela va me donner des idées fraiches.

Voyez ce qu'il vous reste à faire.

Le vrai Sarkozy, bilan de netcampagne

image A quatre semaines du premier tour de l'élection présidentielle, quel bilan tirer de la campagne sur le net? Depuis de longs mois, plusieurs groupes d'acteurs ont entonné la même antienne. “C'est sur le net que ça va se passer”, ont répété en choeur journalistes politiques et entrepreneurs du web – sans oublier les plus convaincus: l'équipe de campagne de Ségolène Royal, qui avait créé dès février 2006 le site participatif Désirs d'avenir.

Du signal dans le bruit. Un an plus tard, alors que la campagne est entrée dans sa phase officielle, mobilisant désormais toute la puissance des grands médias, la première constatation à chaud est que l'impact du net reste pour le moins difficile à évaluer. On a certes l'impression d'une activité intense déployée par les militants et sympathisants, il y a bien eu quelques surprises comme la vidéo "Profs: Ségolène en off", mais au final, on a aussi le sentiment que le rythme de la campagne est resté aux mains des grands médias, télévision en tête. Il n'y a pas eu de "révolution". Plutôt un ensemble de déplacements, de recompositions plus ou moins discrètes – et une large intensification de la circulation d'informations. A ce jour, l'un des rares effets concrets de la net-campagne paraît être la mise en quarantaine d'Alain Duhamel. Ce n'est pas négligeable. Mais en matière de bouleversement politique, c'est tout de même un peu maigre.

Lire la suite...

Séminaire "La photographie familiale à l'époque numérique", par Irène Jonas

image Dans le cadre du séminaire "Problèmes d'histoire visuelle/La légende des amateurs", le Lhivic a reçu Irène Jonas, sociologue indépendante, le 15 mars 2007, pour une présentation de ses recherches sur la photographie familiale à l'époque numérique. La séance a fait l'objet d'un enregistrement audio, disponible en ligne (durée 2 h):


Téléchargement fichier mp3 (68 Mo).

Résumé. Les usages de la photographie familiale ont beaucoup évolué depuis l'enquête de Bourdieu (Un art moyen, Minuit, 1965). Les images montrent de moins en moins de rôles sociaux, mais beaucoup plus de moments d'intimité. La pratique photographique est centrée sur le personnage de l'enfant. Le numérique entraîne d'abord un changement quantitatif: la production photographique est multipliée environ par cinq. Il y a peu de cas de cohabitation argentique/numérique. Le numérique démystifie la pratique photographique. Malgré un emploi accru de la télévision comme outil de monstration, le tirage papier semble rester la forme idéale des images. La demande porte sur l'internalisation des pratiques (acquisition d'une imprimante couleur). La question du choix et de la sélection des images devient une interrogation aigue. Irène Jonas insiste sur les variétés d'usage en fonction des différences de genre et de génération. La frontière entre homme et femme dans la relation à l'outil photographique est marquée par le rapport à la technique. Pour les enfants, le numérique a changé radicalement la donne. Du côté des personnes âgées, la photographie est souvent l'activité qui les motive à se mettre à l'ordinateur. A de rares exceptions près, les connaissances techniques mobilisées restent des plus sommaires.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 >