Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Ils ne comprennent que la force

Il en dit des choses, ce film, par sa seule palette de couleurs! Prenez l’une des images que l’on a vues partout: Sonia Bergerac, la prof de français interprétée par Isabelle Adjani, coincée contre un mur par l’un de ses élèves, un grand Noir prénommé Mouss. Le teint diaphane, ses yeux bleus remplis à la fois de défi et de désarroi, elle porte un chemisier d’une blancheur éclatante, tandis que son agresseur est engoncé dans un blouson d’un noir brillant, avec un col de fourrure sombre. Tout au long du film, Madame Bergerac fait ainsi une tache lumineuse, symbole de pureté, de fragilité, d’innocence et de… blancheur, au milieu de ses élèves basanés.

Par Mona Chollet, Le Lac des signes, 12/04/2009.
Lire la suite...

Ridicules réactionnaires

Il y'a quelques jours est sortie une vidéo qui a fait plus vite le tour du ouèb qu'une idée dans la tête d'Ivan Rioufol. On y voyait une agression dans un bus d'un jeune plutôt propre sur lui par d'autres jeunes plutôt pas propres sur eux, sur les choses de 3 heures du mat' à Paris. Et vu que les agresseurs étaient plus du genre à écouter du rap que du Michel Sardou, la chose a déclenché un buzz considérable et fulgurant dans les pauvres cervelles molles en ébullition permanente des réactionnaires de tout poil. Enfin ! Enfin ils tenaient LA preuve qu'ils avaient raison, qu'ils ne prêchaient pas dans le vide. Enfin ! Il se passait quelque chose qui allait venger le réac de sa vie de frustrations et d'aigreurs, il avait la certitude d'avoir décroché le gros lot, et là, pour le coup, il allait pouvoir se lâcher pour de bon...

Par CSP, 11/04/2009.
Lire la suite...