Bien connu des amateurs de sciences de la nature, ce blog ouvert en février 2008 permet de faire contrepoids à l'intérêt de plus en plus mince des quotidiens généralistes pour l'activité savante. Depuis le début de la mobilisation, fort de ses réseaux et de sa bonne connaissance du terrain, Sylvestre Huet s'est fait le relais des préoccupations des enseignants-chercheurs. Alors que le pouls du mécontentement s'accélère, le rythme des billets de {Sciences2} s'accroît en proportion. Débordant les possibilités du journal papier, la réactivité du blog permet aux internautes de suivre pas à pas l'actualité du mouvement. Que ce soit sur listes de diffusion ou sur les blogs savants du monde entier, les renvois aux articles de Huet sont désormais monnaie courante. Aux côtés des sites militants de SLR, SLU ou celui de la Coordination des universités, il est devenu la principale source d'information sur le bras de fer qui oppose la communauté scientifique à son ministère de tutelle.

Depuis quelques jours, Sylvestre Huet a décidé de se payer la tête de Danièle Hervieu-Léger, présidente de l'EHESS en fin de mandat. Vilipendée au sein de sa propre institution pour avoir accepté de prendre la tête du "comité de pilotage pour une stratégie nationale de la recherche et de l'innovation", celle-ci a répondu par une lettre publique aux justifications sinueuses. Ne pouvant échapper à la critique de l'indéfendable discours du 22 janvier de Nicolas Sarkozy, Danièle Hervieu-Léger n'en réaffirme pas moins avec force son soutien aux réformes du gouvernement, déclarant «assumer les accusations de "complicité", voire de "trahison" qui ne manquent pas de s'élever.»

Après un premier billet reproduisant ce courrier, sous le titre "Les désarrois de l'enseignante Hervieu-Léger", {Sciences2} a pris le parti de mettre la présidente face à ses contradictions. Alors que, de l'Académie des sciences aux présidents d'université en passant par l'Institut Universitaire de France, les réactions se multiplient pour condamner les prises de position du chef du l'Etat, Sylvestre Huet adjoint systématiquement à l'annonce de ces déclarations le rappel de l'extrait le plus virulent de la lettre de Hervieu-Léger («le ton inutilement brutal et chargé de mépris de cette intervention»). Pour le lecteur lambda, la mise en exergue hors contexte de cette formule place la présidente de l'Ecole à l'avant-garde du mouvement de contestation contre Valérie Pécresse. Un trait d'humour plutôt embarrassant pour Danièle Hervieu-Léger, qui a conçu avec la ministre le projet du campus Condorcet.