- aux mesures qui visent à remettre en cause l’égalité de traitement entre les personnes à l’intérieur de chaque corps ou catégorie de personnel. En particulier, nous nous opposons à la vision dépréciative de l’enseignement contenue dans le projet de réforme du statut des enseignants chercheurs permettant d’imposer des modulations de services.

- à la précarisation croissante des statuts et en particulier à la multiplication des contrats post-docs dans un contexte de diminution des postes ouverts aux concours.

- au détournement des financements récurrents des unités de recherche au profit de l'Agence nationale pour la recherche dont le poids excessif et les procédures opaques ont pour effet: le pilotage hiérarchique de la recherche par des instances administratives et politiques, la distribution inégale de ressources importantes sans évaluation rigoureuse, et la préférence pour des programmes de court terme contribuant à la multiplication des personnels à statut précaire.

- à la réforme du recrutement des enseignants du secondaire, notamment dans la mesure où la mastérisation va tarir inéluctablement le vivier de recrutement des masters recherche.

- à l'accord entre la France et le Vatican reconnaissant les diplômes profanes délivrés par les instituts catholiques.

- plus généralement, à toutes les nouvelles formes de gestion autoritaire de la recherche, fondées sur des logiques de management visant à exacerber les rivalités et les formes de compétition entre chercheurs et institutions ; contre ces tendances néfastes, nous entendons défendre les valeurs centrales de la recherche scientifique que sont la confrontation des idées, le partage et la coopération des outils et des connaissances.

Collectif Sauvons La Recherche et l’Université-EHESS (blog, liste de diffusion).