Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Le site internet de 20 Minutes en grève

Communiqué de la rédaction de 20minutes.fr: La rédaction du site internet 20minutes.fr a voté une grève de vingt-quatre heures reconductible, par solidarité avec son rédacteur en chef, mis à pied ce lundi 11 août pour une raison que la direction a refusé de communiquer aux salariés. De ce fait, le site 20minutes.fr n'est plus mis à jour depuis ce lundi, 18 heures. La rédaction du site demande la levée de la mise à pied.

MaJ 19h45: On ignore toujours les motifs de la brutale suspension de Johan Hufnagel, rédacteur en chef de 20minutes.fr, officiellement mis à pied hier à 17h. Née sur un commentaire du blog de Jean-Marc Morandini, reprise cet après-midi par Marianne2.fr, l'hypothèse qui voyait dans un article sur un accident de pétanque l'origine de la crise a été démentie par des sources internes. Mais les principaux intéressés restent injoignables ou refusent de s'exprimer. Il est pour le moins étrange qu'un conflit désormais public n'ait aucun motif connu plus de 24 h après le déclenchement de la grève, tout comme il est anormal que le site n'affiche toujours aucune information à ce sujet. A ce stade, on peut déjà parler de crise managériale au sein du journal. Voir également l'article de Rue89.

Peut-on prendre Carla au mot?

Peut-on continuer à être une artiste "comme si de rien n'était"? Tel est le pari affiché par Carla Bruni en titre de son dernier album. Pour en discuter, je dois d'abord avouer ma totale incompétence à en produire la critique. Cet album, non seulement ne l'ai-je pas écouté, mais il n'est nullement dans mes intentions de le faire. Mes convictions politiques étant, on le sait, à l'opposé de celles de l'actuel hôte de l'Elysée, tout jugement de ma part sur les qualités de l'oeuvre ne pourrait qu'être entaché de partialité.

Tel est précisément le point qui m'intéresse. Que ce soit sur Amazon ou sur iTunes, de nombreux internautes demandent que l'on apprécie l'album ...comme si de rien n'était. «Tout le monde donne son avis sur la femme du président et non la chanteuse», écrit nanard21, or «il faut rester neutre et ne pas penser politique pour l'écoute de ce disque.» Mais une telle distanciation est-elle possible? En partisan convaincu de l'influence du contexte, la thèse du "comme si de rien n'était", sur laquelle repose à la fois le projet de l'album et sa stratégie marketing, me paraît relever du voeu pieux.

Un mois après sa sortie, le dernier opus de Carla Bruni nous fournit au contraire une bonne occasion de tester l'influence des effets de contexte. Pour autant qu'on puisse en juger par les avis autorisés, son troisième disque est assez proche du premier. Malgré une couverture médiatique bien inférieure à celle d'aujourd'hui, le CD avait été accueilli chaleureusement par la critique et le public. Bénéficiant désormais d'une notoriété plus forte et d'un plan média particulièrement maîtrisé (Libération, Elle, Vanity Fair, Taratata, Vivement Dimanche, etc.), la chanteuse reste pourtant en-deça des objectifs initiaux de sa maison d'édition. Les chiffres ne sont plus communiqués depuis la deuxième semaine d'exploitation du disque, qui les avait vu stagner à 13.354 ventes. Tout juste sait-on que le label Naïve a revu ses prétentions à la baisse, tablant sur 400.000 exemplaires pour cette année, au lieu des 700.000 attendus. Un résultat qui fait pâle figure à côté du carton de "Quelqu'un m'a dit" (1,2 million d'exemplaires en France, 800.000 à l'étranger).

Lire la suite...