(...) Et nous nous demandions ce que sera le théâtre, précisément lorsque ces images qu'on nous présente à l'état de fusains animés pourront être polychromes, lorsque les personnages de ces photographies vivantes seront tels que nous les coudoyons, avec la couleur de leurs vêtements et de leur épiderme, lorsqu'il sera possible à un Detaille de nous montrer une bataille d'Iéna animée, lorsqu'en même temps on pourra, par le photonographe perfectionné, rendre le son même de la voix, lorsque tels drames, tels opéras pourront être transportés par ballots, avec leurs premiers rôles et leurs gestes, leurs figurants et leurs mouvements de foules, leurs décors, leurs musiques, leurs choeurs. En vérité, il n'est qu'un désagrément de la mort, pour ceux qui, comme l'Angély, vivent par curiosité, c'est que nous entrons en plein dans le miracle scientifique et que plus nous irons, plus il sera curieux de vivre.


Table des matières

Avant le cinéma, Guillaume Apollinaire (1917), Avant-propos, Dans le pas à pas des textes – Redessiner un paysage – Un sentiment d’étrangeté refoulé – Naissance d’un art. Naissance d’un discours.

I. AU TEMPS DU CINÉMATOGRAPHE: 1895-1906

1. Entre ombres et lumière: devant l’écran. LE RADICAL L’illusion de la vie réelle (1895), LA POSTE La mort cessera d’être absolue (1895), JULES CLARETIE Le spectre des vivants (1896), LUIS GONZAGA URBINA Le sentiment de la réalité (1896), MAXIME GORKI Au royaume des ombres (1896), MAXIME GORKI Vos nerfs se tendent (1896).

2. Vocation et usages du cinématographe. AMADO NERVO Comme du haut d’une étoile (1898), BOLESLAW MATUSZEWSKI Une nouvelle source de l’Histoire (1898), BOLESLAW MATUSZEWSKI Destination réelle de la photographie animée (1898), FRANK NORRIS Le clou de la soirée (1899), KAREL SCHEINPFLUG Les fonctions pédagogiques du cinématographe (1904), FRANÇOIS DUSSAUD Depuis Gutenberg (1906), GUISTINO LORENZO FERRI Dans les coulisses du cinématographe (1906).

II. LE TEMPS PREMIER D’UN DISCOURS: 1907-1908

1. Pensées en mouvement. GEORGES MÉLIÈS Les vues cinématographiques (1907), A. GÜNSBERG La réalisation artistique des prises de vue (1907), CHARLES URBAN Une reconnaissance nationale (1907), RÉMY DE GOURMONT La leçon des yeux (1907), GUILLAUME APOLLINAIRE Un beau film (1907), SIGMUND FREUD Les grands enfants (1907), EDMONDO DE AMICIS Cinématographe cérébral (1907), HENRI BERGSON Le mécanisme cinématographique de la pensée (1907), GIOVANNI PAPINI La philosophie du cinématographe (1907), ANDREÏ BIÉLY Le cinématographe (1907), ANDREÏ BIÉLY La ville (1907).

2. Vers une qualification artistique. KORNEÏ TCHOUKOVSKI Les « sauvages » de la culture urbaine moderne (1908), LÉON TOLSTOÏ Le crapaud et le papillon (1908), EMILIA PARDO BAZÁN Aimez-vous les cinématographes? (1908), HERMANN HÄFKER Du mouvement comme expression (1908), ENRICO THOVEZ L’art du celluloïd (1908), ADOLPHE BRISSON Le Film d’Art (1908), VÁCLAV TILLE Le cinéma (1908), RICCIOTTO CANUDO Triomphe du cinématographe (1908).

III. L’ART DES TEMPS MODERNES. 1909-1914

1. Un art, autrement. JULES CLARETIE Dante cinématographié (1909), KAREL ET JOSEF CAPEK Une nouvelle scène, un nouveau monde (1910), GYÖRGY LUKÁCS Pensées sur une esthétique du cinéma (1911-1913), ANTON GIULIO BRAGAGLIA La Photodynamique : une photographie transcendantale du mouvement (1911-1913), LEONID ANDREEV Cet Apache artistique de notre temps (1912), LEONID ANDREEV Devant le cinéma parlant (1913), VSEVOLOD MEYERHOLD Cette idole de la vie moderne (1912), ABEL GANCE Qu’est-ce que le cinématographe? (1912), BRUNO CORRA Musique chromatique (1912), YHCAM Un réalisme invraisemblable (1912), HERBERT TANNENBAUM L’art au cinéma (1912), HERBERT TANNENBAUM Les problèmes du drame cinématographique (1913-1914), VLADIMIR MAÏAKOVSKI Théâtre, cinéma et futurisme (1913), VLADIMIR MAÏAKOVSKI La destruction du théâtre par le cinématographe comme signe de la résurrection de l’art théâtral (1913), VLADIMIR MAÏAKOVSKI La relation entre le théâtre contemporain, le cinéma et l’art (1913), KAROL IRZYKOWSKI Le royaume du mouvement (1913), GABRIELE D’ANNUNZIO Du cinématographe considéré comme instrument de libération et comme art de transfiguration (1914), LÉOPOLD SURVAGE Le rythme coloré (1914), ERNST BLOCH La mélodie au cinéma ou musique immanente et transcendantale (1914).

2. Vertiges de la modernité. ALFRED DÖBLIN Le théâtre des petites gens (1909), MAX BROD Le théâtre cinématographique (1909), FRANZ KAFKA Le cinéma prête aux objets qu’il montre l’inquiétude de son mouvement (1911), JULES ROMAINS Le rêve de la foule commence (1911), GIUSEPPE D’ABUNDO Sur quelques effets particuliers des projections cinématographiques sur les névrosés (1911), BLAISE CENDRARS J’ai été en traitement chez un cinématographe (1912), PETER ALTENBERG Le cinéma (1912), EGON FRIEDELL Prologue avant le film (1912), WALTER SERNER Le désir de voir (1913), KURT TUCHOLSKY Films érotiques (1913), LOUIS HAUGMARD Des yeux larges et vides (1913), EMILIE ALTENLOH Pour une sociologie du cinéma (1914), COLETTE L’expédition Scott au cinématographe (1914).

IV. LE TEMPS D’UN ART NOUVEAU. 1915-1920

1. Des artistes à l’avant-garde LUIGI PIRANDELLO Une monstrueuse gestation mécanique… (1915), JACK LONDON Le message du cinéma (1915), ALFONSO REYES Justification (1915), ALFONSO REYES L’avenir du cinéma (1915), ALFONSO REYES Les plaintes du public (1915), ALFONSO REYES Le cinéma et le théâtre (1916), COLETTE Un cinématographe tient école d’art (1916), GUIDO GOZZANO Le ruban de celluloïd et les serpents de Laocoon (1916), F.T. MARINETTI, B. CORRA… Manifeste de la cinématographie futuriste (1916), GUILLAUME APOLLINAIRE Machiner la poésie (1917), PHILIPPE SOUPAULT Note 1 sur le cinéma – Indifférence (1918), LOUIS ARAGON Du décor (1918), MARCEL GROMAIRE Idées d’un peintre sur le cinéma (1919), JEAN COCTEAU Un art neuf (1919), JEAN COCTEAU Un chef-d’oeuvre (1919), JEAN COCTEAU Ce cinématographe inconnu (1919), GEORGETTE LEBLANC Entre l’art et la vie (1919), CLAIRE GOLL Le cinéma américain (1920), YVAN GOLL Le drame cinématographique (1920).

2. Des cinéastes en éclaireurs de leur art. JACQUES DE BARONCELLI Pantomime, musique, cinéma (1915), DAVID WARK GRIFFITH Le spectacle le plus populaire au monde (1916), PAUL WEGENER Le vrai poète du film est la caméra (1916), CHARLES CHAPLIN De quoi rit le public (1918), VSEVOLOD MEYERHOLD Du rythme temporel (1918), WALTHER RUTTMANN Peindre avec le temps (1919), GERMAINE DULAC Ayons la foi (1919), ANDRÉ ANTOINE L’avenir du cinéma (1919), URBAN GAD Un miroir qui contraint à lever les yeux (1919), CARL THEODOR DREYER Le chemin de la représentation de l’homme (1920).

3. La théorie à l’oeuvre. VACHEL LINDSAY L’Art du cinéma (1915-1922), WILLIAM MORGAN HANNON Le photodrame (1915), HUGO MÜNSTERBERG Les moyens du cinéma (1916), SEBASTIANO A. LUCIANI Impressionnisme scénique (1916), SEBASTIANO A. LUCIANI Poétique du cinématographe (1916), MARCEL L’HERBIER Hermès et le silence (1917-1918), LOUIS DELLUC La beauté du cinéma (1917), LOUIS DELLUC Fils de la mécanique et de l’idéal des hommes (1918), VICTOR O. FREEBURG Le public de cinéma est une foule (1918), LEV KOULÉCHOV L’art de la création lumineuse (1918), SEBASTIANO A. LUCIANI L’idéalité du cinématographe (1919), RICCIOTTO CANUDO La leçon du cinéma (1919), ÉLIE FAURE De la cinéplastique (1920), LOUIS DELLUC Photogénie (1920), LOUIS DELLUC La foule du cinéma (1920), LEV KOULÉCHOV L’essence du cinéma… c’est le montage (1920).