image Le Français se lève, allume la radio et prépare son café. Il se lave, s'habille pour aller au boulot. Mais au moment de refermer la porte, un étrange sentiment l'étreint. Le Français s'interroge. N'a-t-il rien oublié? L'impression d'un manque, une absence indéfinissable. Un peu comme dans cette nouvelle de Ray Bradbury, au moment où, de retour d'un voyage dans le passé, le héros se rend compte que quelque chose a changé, sans pouvoir dire quoi ("Il y eut un coup de tonnerre", 1952).

Et soudain, le Français comprend. Ce qui manque. Cela fait plus d'un an qu'il nous accompagne, du petit déjeuner au coucher, matin et soir, tonitruant ou séducteur, tout à ses tics et ses répliques, en complet Dior ou en Ray-Ban. Et là d'un coup, plus rien. Sarkozy a disparu des écrans.

Oh, il y a bien quelques apparitions ici et là. Fantômatiques. Quelques bribes de discours. Si raisonnables. Présidentiels en somme. Plus rien à voir avec le cinéma permanent des derniers mois - Independance Day, Les Bronzés, Kramer contre Kramer, La Vérité si je mens et Astérix aux jeux olympiques réunis.

Qu'est-il arrivé? Un accident. Trois fois rien. Une phrase captée par une caméra, deux secondes en boucle sur internet. Alors que ni la visite de Khadafi, ni les sondages calamiteux, ni le Conseil constitutionnel n'avaient réussi à infléchir d'un iota le tourbillon élyséen, la vidéo "casse-toi, pauvre con...", comme un coup de tonnerre, a stoppé le manège.

Mais ce silence étonnant – et si reposant – apporte aussi une indication précieuse. Depuis dimanche dernier, politiques et journalistes s'interrogent: les élections municipales, enjeu local ou national? Devant l'irritation manifestée jusque dans son propre camp, l'apaisement du tumulte sarkozyen répond de façon limpide à cette question. On en aura la confirmation dès lundi prochain – lorsque, passée l'échéance, la communication présidentielle retrouvera une marche plus assurée. Pour ceux qui doutent de l'enjeu national du scrutin de dimanche, il n'y a qu'à tendre l'oreille. Entendre ce que dit le plus politique des silences.