Voudrais-je me flatter que j'attribuerais ce succès inhabituel à la profondeur et à l'originalité de mon analyse. Malheureusement, cette raison n'est pas suffisante, car la plupart des articles publiés sur ARHV partagent ces caractéristiques, sans pour autant produire des effets comparables. La principale explication de cet afflux est la mention du billet sur plusieurs carrefours d'audience, tout particulièrement le site du Monde, qui le signalait quelques heures après sa mise en ligne, et a formé une semaine durant la principale source identifiée, à 70%, du trafic du billet (autres sources: Rezo.net, La revue de web, Acrimed, etc., voir graphique).

Comprendre l'attractivité de cet article revient donc essentiellement à examiner les conditions de son exposition sur la page web du Monde.fr, où il est présenté en ces termes: «Pourquoi Carla pèse: l'analyse d'un chercheur de l'EHESS sur le dévissage de Nicolas Sarkozy. Pour André Gunthert (...), le mariage de Nicolas Sarkozy avec Carla Bruni, qui choque, montre l'importance du style et non du seul "storytelling" dans la perception du chef de l'Etat...» (illustré par une vignette du couple présidentiel à Versailles). On reconnaît ici trois ingrédients dont la rencontre produit un menu alléchant: non seulement le mariage et le "dévissage" de Sarkozy, sujets d'actualité brûlants, mais la caution d'un chercheur estampillé, pimentée d'une analyse structurale. En d'autres termes, un cocktail similaire à celui qui fit en leur temps le succès des Mythologies de Barthes. L'interprétation de ce signalement est sans équivoque. Contrairement à la campagne de victimisation qui voudrait faire croire au "lynchage" de Nicolas Sarkozy, à un déferlement haineux ou à un acharnement bestial, le principal motif qui a porté ici mes lecteurs est un désir de comprendre.

Y ai-je répondu? Au moins partiellement. Car au-delà de l'effet d'affichage, la durée moyenne de la consultation du billet (4:16 minutes) atteste qu'une grande majorité des visiteurs a bel et bien pris le temps d'une lecture suivie – intérêt confirmé par le nombre et la teneur des commentaires, comme par la multiplication des signalements. Ainsi que nous avons eu l'occasion de le vérifier à maintes reprises pendant la campagne des présidentielles, la viralité d'un contenu fournit un indicateur pertinent de l'appréciation qu'il suscite. N'en déplaise à Christian Salmon, Nicolas Sarkozy n'est pas seulement un «sujet de conversation» frivole. Ce que sa présidence engage, beaucoup le pressentent, est du domaine de l'inédit. Je suis pour ma part heureux de constater que ce désir de comprendre est un souci partagé. On continuera, ici, à lui donner abri. Je ne voudrais pas qu'on puisse me dire, plus tard, que j'ai fermé les yeux.