Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Parution "Photographies", n°1, mars 2008

A noter la parution dans les prochains jours de la nouvelle revue anglaise Photographies, éditée par Routledge – dont le premier numéro accueille une traduction d'un article de votre serviteur: inutile de dire qu'elle bénéficie ici d'un préjugé tout ce qu'il y a de favorable!

Sommaire

  • Daniel Rubinstein, Katrina Sluis, "A Life more Photographic. Mapping the Networked Image"
  • Gail Baylis, "Remediations. Or, when is a Boring Photograph not a Boring Photograph?"
  • Nina Lager Vestberg, "Archival Value. On Photography, Materiality and Indexicality"
  • Juha Suonpää, "Blessed be the Photograph. Tourism Choreographies"
  • Jessica Catherine Lieberman, "Traumatic Images"
  • André Gunthert, "Digital Imaging Goes to War. The Abu Ghraib Photographs"

Contact: Liz Wells, Faculty of Arts, Scott Building, University of Plymouth, Drake Circus, Plymouth PL4 8AA, UK, e-mail: photographies(à)plymouth.ac.uk.
Accès web (payant): www.informaworld.com...

Shoah: pourquoi un nom de cinéma?

«Un lycéen sur deux ignore ce qu'est la Shoah» a affirmé aujourd'hui sur RTL le ministre de l'éducation. Mais qui connait vraiment le sens de ce mot? Le grand écrivain et philologue Henri Meschonnic indiquait en 2005 dans les colonnes du Monde que ce terme, dans la Bible, «désigne une tempête, un orage et les ravages (...) laissés par la tempête dévastatrice». Autrement dit «un phénomène naturel», du même ordre que l'ouragan Katrina. Il rappelle que son usage, en français, s'est imposé à la suite du film éponyme de Claude Lanzmann, en 1985 (tout comme celui du terme "holocaust" en anglais, avait suivi le feuilleton télévisé du même nom, diffusé en 1978).

Selon Meschonnic, l'usage du mot "shoah" pour désigner le génocide «est une pollution de l'esprit». «Tout se passe comme si Claude Lanzmann, l'auteur du film Shoah, identifiait son film à la nomination de l'innommable même, ayant choisi ce nom hébreu, de son propre aveu, parce qu'il ne connaît pas l'hébreu (Libération du 24 janvier 2005) : "J'ai choisi ce nom parce que je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire". Où se mêlent l'idée de "destruction" et "aussi bien (celle d')une catastrophe naturelle". D'où est privilégié l'"opaque", renforçant ainsi l'identification entre l'innommable au sens d'une horreur que le langage ne peut pas dire, et l'effet de nom "éponyme", "acte radical de nomination", qu'il s'approprie: "L'auteur de la Shoah, c'est Hitler. Lanzmann, c'est l'auteur de Shoah".»

Je ne suis pas certain que l'usage d'un nom de cinéma soit la meilleure façon de favoriser la compréhension d'un événement. Puisque notre gouvernement sollicite beaucoup la discipline historique, il peut être utile de lui rappeler que le plus grand spécialiste en la matière, Raul Hilberg, avait sobrement intitulé son maître livre: La destruction des Juifs d'Europe (Fayard, 1988). Pour ma part, je continue à utiliser le terme d'"extermination" qu'employaient les historiens avant le film de Lanzmann, qui qualifie avec précision et sans pathos inutile le processus appliqué par le régime nazi, tout en préservant sa dimension spécifique. On voudra bien ne voir dans cette position qu'un témoignage dépourvu de toute intention prescriptive.