Parmi la série des photographies du reportage, ce n'est pas le "Baiser de l'hôtel de ville" que le magazine met en avant. Cette image passe inaperçue jusqu'à ce que Victor Francès la sélectionne pour l'éditer en poster en 1986. Reprise en couverture de Télérama, en carte postale, en calendrier, en puzzle, en rideau de douche, etc., le "Baiser" devient l'une des plus célèbres photographies au monde. Dans l'intervalle, sa signification a changé du tout au tout. Plus de vingt-cinq ans après sa prise de vue, il ne s'agit plus d'une photographie d'actualité, mais d'une icône nostalgique d'un Paris disparu.

Ce succès trop visible entraîne son cortège de désagréments. Plusieurs personnes croient se reconnaître dans l'image. En 1992, Denise et Jean Lavergne réclament 500.000 francs de dommages et intérêts au photographe. Ces actions ont pour conséquence de mettre en lumière les secrets de fabrication de l'image. Interrogé, Doisneau indique qu'il n'aurait “jamais osé photographier comme ça des amoureux qui se bécotent dans la rue, ce sont rarement des couples légitimes”. En 1991, Françoise Bornet se fait connaître: c'est elle qui figure sur l'image, avec son amoureux de l'époque, Jacques Carteaud. Croisant les deux jeunes gens à la terrasse d’un café, près du cours Simon dont ils étaient élèves, Doisneau les avait sollicités pour poser le surlendemain.

La divulgation du caractère mis en scène de l'image ne semble pas en avoir altéré la magie. A moins que ce soit précisément cette péripétie rocambolesque qui lui ajoute un supplément d'âme. L'un des rares tirages originaux de la photographie, mis en vente en 2005 par Françoise Bornet, a été acquis pour la somme record de 184.960 euros.

Illustration: "Speaking of pictures...", reportage illustré de photographies par Robert Doisneau, Life, 12 juin 1950, p. 16-17.

Extrait de l'ouvrage: La Fabrique des images contemporaines, textes de Christian Delage, Vincent Guigueno et André Gunthert, éditions du Cercle d'art, 192 p., 101 ill. coul., 45 €, ISBN: 978-2-7022-0840-3 (publié avec l'autorisation des éditions du Cercle d'art).