Dans les jours qui ont suivi la tenue de la coordination nationale étudiante à Rennes les 10 et 11 novembre derniers, la plupart des médias ont déploré, avec un bel unanimisme, l’accueil qui leur avait été réservé: un «climat de méfiance», un «climat hostile». (...) Or aucun article de la presse dominante consacré à la question des rapports entre médias et mobilisations sociales n’a proposé de véritable retour sur la responsabilité sociale des journalistes.

Par Marie-Anne Boutoleau et Yves Rebours, Acrimed, 30/11/2007.
Lire la suite...