Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Une rencontre fatale

image Texte de l'intervention de Michèle Chomette à la table ronde "Le marché de la photographie historique et de témoignage", le 17 septembre 2007, Drouot-Montaigne.


S'il s'agit de me présenter tout en étant brève, je dirai que ma rencontre avec la photographie en 1975 relève du hasard, hasard soudain, tranchant et éblouissant comme la foudre.

Il y a une vie avant, sans – oubliée, et une longue histoire, avec et pour la photographie, qui m'a menée jusqu'à vous aujourd'hui.

Cette rencontre fatale a été initiée d'emblée sous le signe de la collection, sans que je sois retenue par des barrières et des a priori alors qu'ils étaient légion dans un monde de l'art aveugle – qu'il s'agisse des musées, des critiques, des acheteurs potentiels ou de tout un chacun.

Étant de nature plutôt combative, c'est justement ce qui m'a déterminée à agir en empruntant tous les chemins et formes susceptibles de rendre contagieuse ma propre découverte. Ce furent huit années d'un nomadisme intense pour porter la bonne parole, ou plutôt les bonnes images, à des destinataires qui ne les attendaient pas.

Lire la suite...

La classe...

Carton d'invitation à l'installation et à la remise de l'épée de Lucien Clergue, nouvel académicien des beaux-arts, le 10 octobre 2007 sous la Coupole. Comment on s'habille?

L’art d’insulter le client avec sa propre image

Pour emprunter régulièrement les transports en commun de la région parisienne, de plus en plus d’usagers sont amenés à se procurer une carte d’abonnement nommée "passe Navigo". Sur cette carte figure une photographie de l’abonné(e), prise en agence au moyen d’une simple webcam. Le résultat qu’on m’a proposé en ma qualité de nouvel abonné, il y a déjà quelques mois de cela, est affligeant. Passe encore que ma tête soit complètement décentrée à gauche dans le cadre, mais que mon visage soit seulement éclairé par le néon blafard et hésitant du plafond de l’agence; que la finesse de l’image soit si redoutable qu’on peine à y distinguer l’existence de mes lunettes… Nul besoin d’être un hypersensible de l’image pour estimer que c’est là du grand n’importe quoi. Quelle est l’utilité de ce portrait sur une telle carte? Dans la pratique, je peine à la cerner. La carte est dotée d’une puce lue à distance, qui déclenche une sonnerie à l’attention du conducteur du bus lors de l’embarquement, ou qui provoque l’ouverture d’une porte à l’entrée du métro. Aucun agent ne se soucie de cette photo.

Par Erwan, Iconique.net, 18/09/2007.
Lire la suite...