Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Du Big Bang dans "Arrêt sur images"

A quoi sert la télévision? A assurer la promotion de produits dérivés sur le web. Après Karl Zéro ou John Paul Lepers, c'est Daniel Schneidermann qui annonce son intention de se lancer dans la web-TV payante, en proposant prochainement une version en ligne de la défunte émission "Arrêt sur images", financée par abonnement – mais accessible à tous.

Je ne suis pas un grand spécialiste des modèles économiques, mais le principe décrit par Schneidermann ressemble beaucoup à l'idéal de tout éditeur philanthrope. Combien de fois ai-je rêvé de pouvoir proposer Etudes photographiques en libre accès sur le web, tout en m'appuyant sur la générosité d'un noyau dur d'abonnés militants? La condition pour voir se réaliser cette équation édenique est de disposer d'un matelas suffisant de souscripteurs. Paierai-je pour voir "Arrêt sur images" en ligne? Malgré mes accès de mauvaise humeur face à un programme qui avait tendance à s'endormir sur ses lauriers (et sous réserve d'un tarif acceptable), la réponse est oui, pour au moins quatre raisons. Parce que la notoriété de l'émission confère une certaine crédibilité à son projet économique. Parce que la nouveauté de cette proposition promet de vrais efforts en termes de contenus. Parce que le canal choisi garantit une liberté de parole inédite. Enfin parce que payer pour soutenir une alternative au robinet télévisé ressort, non d'une obligation, mais d'un choix partisan.

Lire la suite...

Archives du XXIe siècle

image Depuis sept ans, à Paris, Didier Roubinet scrute avec une extraordinaire minutie les signes d’une urbanisation qui marque l’ensemble de la planète. Foules, lieux, non lieux, éclatement ou recomposition des sociabilités, métissages, mondialisation, déracinements, enracinements, "Archives du XXIe siècle" dresse un premier inventaire en images du monde que nous avons sous les yeux. Loin des effets de mode, cette série d’images d’une éblouissante rigueur, tout à la fois inquiète et enthousiaste, conduit notre oeil au coeur des paysages urbains qui, aujourd’hui, pour le meilleur et pour le pire, nous ressemblent et nous fabriquent.

Vernissage le vendredi 7 septembre 2007 à 19h au Placard à balais, rue des Mineurs 9/11, 4000 Liège (10h-16h jours ouvrables jusqu'au 28 septembre).