image Coup sur coup, deux correspondants me signalent le recours de Libération à Flickr pour illustrer deux articles parus le 30 juin dernier. Le premier est une dépêche de Reuters consacrée à l'éléphant mécanique des anciens chantiers navals de Nantes, illustrée par une photographie de 2006 de Fimb de l'éléphant du Royal de Luxe à Londres. Le second est un article consacré à la Gay Pride, illustré par une photographie de 2005 de Malias. Dans les deux cas, il s'agit d'images placées par leurs auteurs sous licence Creative Commons. L'usage de Libération, qui mentionne le nom des auteurs, est donc conforme aux obligations requises. On peut toutefois regretter l'absence d'un lien vers l'image originale.

Foin des préventions que manifestaient il y a encore quelques années les journalistes face aux photographies des amateurs. L'énorme quantité d'images disponibles sur Flickr, avec le confort de la recherche par tag (et le filtrage par licence CC), offre des facilités désormais équivalentes au service de nombreuses agences en ligne. Avec cet atout, qui semble bien être ici le facteur décisif du choix: l'absence totale de coût. Comme le note Hughes Leglise-Bataille: “On n'est pas dans la pratique devenue courante des medias qui "racolent" leurs lecteurs pour obtenir des photos (ou videos) qu'ils publient ensuite, ou de la vidéo du fait divers que seuls quelques témoins ont pu enregistrer. Non, c'est carrément au-delà: on a l'impression qu'ils ont jeté l'éponge. Plus de photographes, plus de budget photo: on va se servir directement, et gratuitement, chez les amateurs.”