Nous voudrions enfin étudier l'inscription de ces pratiques dans des ensembles socioculturels et médiatiques plus vastes: leurs liens aux autres médias et formes de spectacles, leur rôle dans les mouvements sociaux majeurs et mineurs.

Les champs de recherche proposés
Ce colloque visera donc à proposer une approche de la question qui soit à la fois multidisciplinaire et intermédiatique. Nous invitons les contributions interrogeant les dimensions orales du cinéma sous les angles suivants (à titre indicatif):

  • Dimension historique. Ce volet rassemblera toutes les recherches historiques portant sur l'oralité au cinéma, ainsi que toute recherche documentaire sur les multiples pratiques de projections commentées ayant perduré au delà de l'avènement du cinéma sonore.
  • Dimension théorique. Ce volet s'intéressera d'une part aux formes cinématographiques dont l'évolution a été influencée par le cinéma bonimenté, et d'autre part aux formes spécifiques d'oralité secondaire que l'on retrouve dans plusieurs corpus de films, témoignant d'un lien avec des pratiques anciennes. Il s'agira entre autres de s'interroger sur les conséquences esthétiques, narratologiques et discursives qu'ont pu avoir les pratiques bonimentées sur l'avènement du langage et de l'énonciation cinématographiques.
  • Dimension socio culturelle. Les pratiques orales et leurs séquelles se sont toujours inscrites dans des contextes plus vastes: interaction avec d'autres pratiques médiatiques ou artistiques (cafés-concerts, littérature, théâtre); inscription dans des mouvements socioculturels dont ils sont une composante (par exemple, au Québec, la lutte entre les exploitants et le clergé dans les années 1910). Ce volet accueillera donc les chercheurs qui se penchent sur les interactions et influences prenant place entre le cinéma et les autres médias, entre le cinéma et la société qui le produit ou le reçoit.
  • Spectacle, performance. Pour ce volet, nous sollicitons la réalisation de spectacles abordant la problématique de l'oralité cinématographique. Par exemple: des entreprises foraines réalisant des spectacles bonimentés, la présence de Benshi ou encore la performance de bonimenteurs africains contemporains.

La proposition de communication doit comporter:
– Vos noms et prénoms, les noms de votre université et de votre département d'attache ou de votre employeur.
– Un résumé (environ 250 mots) de la communication.
– Vos coordonnées (adresse postale, numéro de téléphone, adresse électronique).
– En tant qu'artiste de la scène et/ou de l'écran, vous pouvez participer à l'événement en proposant une intervention, un spectacle ou une performance. Dans ce cas, vous devez soumettre un résumé de proposition ou encore un extrait enregistré.
– Vous devez envoyer vos propositions avant le 1er mars 2007 à l'adresse électronique suivante: cinema-oralite@histart.umontreal.ca.

Les communications ne devront pas excéder 30 minutes.


Présentation des organisateurs: le groupe de recherche Cinéma et oralité.

Dans la perspective d'un "cinéma oral", nous travaillons à la mise en lumière de la figure du bonimenteur de cinéma et de ses avatars à travers le vingtième siècle, dans le monde entier.

Nos recherches s'appuient sur l'hypothèse que le langage cinématographique a d'abord emprunté largement à la tradition orale avant d'être orienté vers le modèle littéraire et que des formes alternatives ont persisté et se sont développées tout au long du vingtième siècle. Cette hypothèse est celle que Germain Lacasse a soutenu dans ses travaux sur le cinéma des premiers temps, qui ont montré l'importance méconnue du bonimenteur et de la présentation orale aux premiers temps du cinéma, surtout dans les pays produisant peu de films. De fait, nous pensons que cette hypothèse ouvre la voie à la fois à une nouvelle histoire des pratiques cinématographiques au vingtième siècle, sous l'angle de leur tribut à l'oralité, ainsi qu'à une redéfinition des théories de l'énonciation et de la réception au cinéma.

Nous voulons aider à documenter les pratiques cinématographiques orales qui se sont développées dans le monde entier au vingtième siècle, en connaître l'histoire et en élaborer la théorie.

Germain Lacasse, professeur adjoint à l'Université de Montréal, directeur du groupe de recherche "Cinéma et oralité".
Anne Beaulieu, coordonnatrice du colloque Pratiques orales du cinéma, université de Montréal.
Département d'Histoire de l'art et d'Études cinématographiques, Pavillon Lionel-Groulx, 3150, rue Jean-Brillant, Montréal (Québec).

Illustration: "Frame Jail", février 2007, photographie, © et courtesy de Glow*.