Placé sous le houlette de Pierre Monnet et Marie-Anne Marquet, l'équipe de l'EHESS rassemble informaticiens, personnels, étudiants et enseignants-chercheurs (Francis Chateauraynaud, Francis Zimmermann et moi-même). Comme la plupart des universités françaises, l'EHESS aura recours au logiciel libre Esup. La mise en place d'un tel outil suppose de résoudre simultanément de nombreuses questions techniques aussi bien qu'administratives ou pédagogiques. Le problème le plus épineux reste celui de la sécurité et du contrôle d'accès. L'accès aux ressources de l'établissement sera subordonné à l'identification des utilisateurs autorisés dans un annuaire. Mais les enseignants se sont empressés de rappeler que les séminaires de l'Ecole sont largement ouverts aux auditeurs libres. Comment leur permettre de participer à la circulation des informations ou des documents? Quelle sera la situation des anciens étudiants ou des collaborateurs temporaires? Il faut imaginer un système d'accès à plusieurs étages, dont on peut trouver la préfiguration dans l'actuel service de listes de diffusion. Etant donné que l'annuaire accueillera environ 5000 inscrits à son ouverture, et vraisemblablement le double quelques années plus tard, à quelle taille fixer l'espace de stockage disponible par usager? La modularité des serveurs et la baisse des tarifs permet d'affronter cette question sans inquiétude excessive. Plusieurs participants insistent sur la question de la formation, qu'il serait peut-être bon d'articuler à une offre pédagogique régulière. L'équipe s'interroge également sur la communication du programme. Il paraît utile de bénéficier d'un retour d'expérience de la part d'établissements plus avancés dans le processus. Les expérimentations entreprises dans divers lieux de l'Ecole permettront d'affiner les diagnostics. La première tâche du groupe est d'élaborer un calendrier précis et de définir les priorités. Un premier étage permettant aux étudiants de disposer d'outils de préinscription pourrait être disponible dès la rentrée 2007. Le plein fonctionnement de l'ENT est envisagé pour 2008.