image Une page se tourne. Hier soir, on apprenait par un billet de l'Express que le patron historique de Libé, Serge July, était poussé vers la porte par le principal actionnaire du journal, Edouard de Rothschild.

Pour les lecteurs du quotidien, ce n'est pas tout à fait une surprise. Qui n'avait tiqué sur cette incroyable page de titre en forme d'aveu, réalisée pour l'édition du jour de l'an 2006: Adieu mélancolie... Vivement lundi! Banlieues en feu, revers référendaire, flop olympique et délocalisations... La France tourne la page d'une année plombée sur un succès: l'exposition "Mélancolie" au Grand Palais. Le premier article s'intitulait: "Douze mois moroses s'achèvent pour la France, qui a accumulé les revers. Revue de déprime". L'éditorial de Patrick Sabatier: "Humeur noire". Et comme pour mieux démentir la fausse gaieté de ce "Vivement lundi!", une illustration par Guillaume Herbaut, le photographe de Tchernobyl, d'Auschwitz et de Hiroshima, d'une femme masquée par un bouquet de roses. Une image qui hésite entre bons voeux et condoléances - ou plutôt: une image qui superpose à la figure imposée du jour de l'an, à la façon d'un pressentiment, une scène d'enterrement crépusculaire. La mélancolie ne fait que commencer.