image A l’instar des magazines people, la couverture du dernier numéro de Elle met en scène le couple de stars le plus paparazzité du moment: Brad Pitt et Angelina Jolie. L'actrice tient dans ses bras leur nouveau né, tant attendu et déjà surnommé "Brangelina". ...A cela près qu'il s’agit de sosies, photographiés par l’artiste britannique Alison Jackson «qui aime prendre le public au piège de sa curiosité pour les célébrités», écrit Lauren Bastide dans son article ("Les stars ont-elles encore une vie privée?", Elle, n° 3148, 1er mai 2006).

L’artiste désire questionner la frontière ambiguë entre fantasme et réalité grâce à ses oeuvres mettant en scène des sosies de «personnes intouchables», dans des situations privées, afin de créer du «vrai faux volé»: Monica Levinski allumant «un gros cigare à Bill Clinton» ou encore un «portrait de famille où Diana et Dodi Al Fayed posent en tenant dans leurs bras un bébé métis». Avec de telles photographies, Alison Jackson s’attire les honneurs des critiques d’art britanniques, mais également les réactions acerbes des tabloïds anglais.

Dans son article, Lauren Bastide suppose: «En voyant ces photos, vous avez certainement poussé un cri de surprise, avant de les regarder plus attentivement.» Mais le piège est efficace et, à grand renfort d’editing, la couverture surjoue l'ambiguité et la confusion. Le titre de l’article: "Les stars ont-elles encore une vie privée?", occupe une place très importante, en caractères orange vif. Plus petite, en jaune vif, la légende indique: «Le bébé de Brad et Angelina comme vous ne le verrez jamais!». Bien qu’en partie surlignée de jaune, ce n’est qu’en bas de page, et en caractères noirs de petite taille, qu’un commentaire dévoile la supercherie. Alison Jackson entend mettre en scène «non pas les stars, mais la fascination qu'elles exercent sur nous». La journaliste précise que, vraies ou fausses, les photos de célébrités nous offrent «une part de rêve, ou plutôt l’illusion d’un rêve». Rêve ou curiosité, l’illusion à sans doute permis, ici, de réaliser un réjouissant chiffre d’affaires…

Les clichés qui présenteront le bébé de Angelina Jolie et Brad Pitt sont estimés à 1 million de dollars. Lauren Bastide justifie la valeur de ces photos par la prolifération de titres qu’engendre la naissance d’un «bébé people». En connaisseuse, elle imagine de façon pertinente les éventuels titres qui accompagneront les premiers jours «du divin enfant». Par exemple: «Nous pourrons nous délecter (…) de la dévotion de Brad qui ira, à moto, acheter couches et petits pots au supermarché du coin.»

Le piège d’Alison Jackson et du magazine Elle a-t-il fonctionné? Le nombre de ventes le révélera sans doute. La presse people se porte bien et vend, chaque semaine, 2,5 millions d’exemplaires, rappelle Lauren Bastide qui parle d’«un business qui ne connaît plus de limites ». A quand les magazines people sans people?