Actualités de la Recherche en histoire visuelle

 

Occupation de l'EHESS: réception des photographies

image Une semaine après la mise en ligne des photographies de l'EHESS, il est possible d'esquisser quelques indications quant à leur circulation et leur réception. Pour un chercheur qui consacre cette année l'un de ses séminaires aux "Nouvelles pratiques des images", ce cas d'école constitue l'occasion inespérée d'un test en grandeur réelle.

Le vendredi 24 mars, 166 photographies (1 carte de 512 Mo pleine) ont été exécutées entre 8h03 et 8h37 à l'aide d'un Canon EOS 350D. Du 105, je me suis rendu au 54, boulevard Raspail, où j'ai croisé Danièle Hervieu-Léger et lui ai annoncé que j'avais réalisé les prises de vues. J'avais avec moi mon portable, mais celui-ci n'est pas paramétré pour se connecter directement au réseau internet de la MSH. C'est pourquoi j'ai demandé à Eloi Ficquet si je pouvais utiliser son bureau, en lui empruntant ses codes d'accès, ce qu'il a accepté. C'est donc là, après installation et vérification de l'établissement de la connexion, que j'ai procédé à l'importation des images sur mon ordinateur, puis à un tri rapide, en éliminant pour l'essentiel les doublons et les photographies ratées (bougées ou insuffisamment éclairées). J'ai tenté d'appliquer dans quelques cas des corrections de dominante ou d'exposition, mais devant le peu de succès de ces tentatives, j'ai jugé que je n'avais pas le temps de procéder à une retouche en règle. Après un légendage sommaire, c'est donc pour la plupart des images non retouchées qui ont été téléchargées, en 1280 pixels de large, sur mon compte Flickr.

Lire la suite...

Occupation de l'EHESS: sommaire des billets

image Pendant plus d'une semaine, Actualités de la recherche en histoire visuelle a tenté de réunir informations, témoignages et documents relatifs à l'occupation de l'EHESS, à l'intention des collègues et étudiants éloignés de Paris ainsi que des nombreux amis que l'Ecole compte dans le monde. Est-il besoin de préciser que cet organe n'avait ni vocation ni légitimité à se transformer en réceptacle des diverses réactions suscitées par l'événement? Celui-ci s'est avéré plus complexe que pouvait le laisser croire le traitement nécessairement expéditif par les grands médias, dans un contexte de troubles généralisés. De nombreux collègues et étudiants, inquiets de mieux comprendre l'enchaînement des circonstances ou leurs justifications, ont alors eu recours à la recherche sur internet. Hélas, le week-end suivant l'évacuation, au moment où la demande d'information était la plus forte, les principaux sites à proposer une réaction étaient ceux situés aux deux extrêmes de l'éventail des sensibilités politiques (voir ci-dessous la "revue de presse"). Deux visions aussi antagonistes que caricaturales, avec pour seul point de rencontre la figure de l'arroseur arrosé, énoncée avec une joie mauvaise (“Les chercheurs en sciences sociales débordés par leurs sujets d'étude“; “Le boomerang (...) revenu en pleine face“, etc.).

Lire la suite...

Occupation de l'EHESS: témoignages d'étudiants et d'occupants

image Ont été réunis ci-dessous une sélection des propos des étudiants et occupants éparpillés dans les commentaires accueillis sur ce blog, complétés par d'autres témoignages.


Indymedia, le 24/03/2006 à 18h19, par "Ali"

Juste une précision.
Euh, nous on y est allé avant les CRS (et non une milice privée) qui sont arrivés un peu plus tard à 200 (...) et c'était déjà le bordel (grafs de merde et revendications prépubères)... Peut-etre qu'il y a eu des idées intéressantes échangées et des gens vraiment engagés mais il y avait aussi des petits cons et des gens sans grandes convictions... On nous a même proposé d'embarquer ce qu'on voulait...


Lire la suite...