DIMANCHE 17/03
  • Arènes de Lutèce: Une AG informelle se réunit. Depuis vendredi soir ces personnes espéraient avoir une salle à l’ENS mais ils ont trouvé le bâtiment clos par l’administration.
  • Sur Indymédia: Il apparaît un appel à venir occuper le 105 pour en faire un lieu ouvert à tous. Le rendez vous est donné le lundi suivant à partir de 14h au 105 (communiqué dont les étudiants de l’EHESS n’ont eu connaissance que lundi soir).
LUNDI 18/03
  • 8h: début du blocage à l’EHESS, comparable à un autre matin : les gens entrent et sortent pour participer à des activités (concert, tables de débat) avec les étudiants et personnels présents.
  • Dans la matinée: Des étudiants mandatés par le collectif de la Sorbonne passent prendre contact avec les étudiants de l’EHESS pour faire des débats communs et non des AG. Des personnes qui ne sont pas étudiants arrivent par petits groupes pendant le concert. Devant l’afflux de nouveaux arrivants, des étudiants de l’EHESS proposent une réunion pour organiser des débats.
  • 14h: À peu près 130 personnes se réunissent dans l’amphi. Les nouveaux arrivants, majoritaires, refusent le mode de fonctionnement des étudiants de l’EHESS (tribune, ordre du jour, tour de parole), et affirment qu’ils sont là pour occuper.
  • Après la réunion, une délégation de 7 personnes est envoyée à la présidence. 4 entrent : 2 étudiants de la Sorbonne et 2 étudiants de l’EHESS. La présidence propose un «contrat» non négociable: deux salles et l’amphi sont mises à la disposition de tous de 8h à 20h tous les jours de la semaine. L’occupation de nuit est catégoriquement refusée. La direction s’engage à rouvrir les locaux le mardi 19 à 8h si les occupants du 105 le quittent le lundi à 20h.
  • 18h: Retour de la délégation et réunion des étudiants de l’Ecole, entre eux, pour discuter de la position à défendre pendant l’AG des occupants. Il en sort la volonté d’essayer d’empêcher l’occupation de nuit en dialoguant.
  • 19h: AG appelée par les occupants, sans votes, ni tour de paroles, ni tribune. «Discussions» sur l’occupation. Positionnement radical d’un certain nombre de personnes: il faut occuper sans négociations. La tentative d’instaurer un dialogue entre la logique selon laquelle fonctionnaient les étudiants de l’EHESS dès le début, et celle des occupants est un échec (lorsqu’un vote est proposé par les étudiants de l’EHESS, la grande majorité des participants refuse de vote). Leur logique s’impose. Les étudiants de l’EHESS demandent que la décision d’occuper ou non soit prise dans l’AG à laquelle ils ont appelé, le mardi.
  • 20h: L’AG n’est pas finie, occupation de fait.
  • 21h-22h: Délégation de la présidence qui renouvelle la proposition: tout le monde part et les locaux seront ouvert à tous le lendemain à 8h. Refus des nouveaux arrivants. Occupation de fait. Quelques étudiants de l’EHESS restent pour être témoin du déroulement de l’occupation.
MARDI 21/03
  • 12h: AG du personnel et des étudiants, avec présence d’occupants. Discussions, mais les occupants affirment que quelque soit la décision prise, ils continuent l’occupation.
  • Dans l’après-midi: Des enseignants informent les étudiants de l’EHESS que les forces de l’ordre ont été appelées et peuvent intervenir à tout moment. Cette information décourage beaucoup d’étudiants de l’EHESS de rester au 105. Ils n’ont plus de prise sur le déroulement de l’occupation.

Lire aussi sur ce blog: