La présidente poursuit l'énumération des mesures de sécurité, le calendrier prévisionnel du nettoyage et des travaux du 105. Plusieurs équipes sont désignées. Remettre à flot un tel navire est diablement complexe. Je repense à un commentaire sur ce blog d'un soi-disant "ancien" de l'Ecole, qui imagine que tous les professeurs de l'EHESS habitent dans le VIe arrondissement. Comme les occupants, il a oublié qu'il y a aussi une activité de bureau et de secrétariat à côté des activités d'enseignement. Toute une partie du personnel est privée de son outil de travail. Permettre la reprise d'activité dépend de l'articulation d'une myriade de contraintes dans un calendrier serré. La priorité est à la reprise de l'enseignement: contrairement à ce que j'écrivais ici, la plupart des salles de cours devraient être à nouveau utilisables après les vacances de Pâques. Les accès seront strictement contrôlés.

Pendant ce temps, l'assemblée des étudiants à lieu sur le boulevard, dans les conditions qu'on imagine (voir illustration). Malgré l'apparition d'un mégaphone, la discussion reste confuse. A l'heure où j'écris ces lignes, je ne dispose d'aucun compte rendu. J'espère que la mise au point de la liste permettra une amélioration des moyens de communication des étudiants. Ils en ont grand besoin et ont semblé jusqu'à présent incapables de mettre en place par leur propres moyens un système d'information efficace - ce qui a été un des facteurs de la catastrophe de la semaine dernière.

Nicolas Gosset informe sur son blog de la comparution ce matin de Sébastien Schifres, étudiant à Tolbiac, devant le tribunal de grande instance. Arrêté suite à l'occupation du 105, il est inculpé pour menace de mort et insultes à l'encontre de la présidente de l'EHESS. Son procès est reporté au 10 mai, il sera libéré ce soir.

Indymedia restitue la version integrale du témoignage d'un des occupants, publié par Libération dans une version tronquée, sous le titre: "Coup de poignard dans le dos à l'Occup EHESS".

L'Intersyndicale de l'EHESS (FERC-Sup/CGT et SGEN-CFDT) et la section locale de l'UNSA appellent les personnels et les étudiants à une journée de grève active le mardi 28 mars. Ils proposent un départ collectif à partir du 54 boulevard Raspail, à 13h45, pour se retrouver à 14h place d'Italie, devant l'ancien cinéma Gaumont. Le trajet de la manifestation ira de place d'Italie à République.

Mes deux enfants de 8 ans ont inventé une chanson anti-Villepin à la récré. Dernier couplet: “Villepin, tu ne peux pas monter/Tu ne peux pas descendre/Tu ne peux que tomber/Villepin, tu es viré“. Je jure que je n'invente rien.

Lire aussi sur ce blog: