image Reprises par l'AFP, France 2, Le Nouvel Observateur ou Le Monde, les déclarations de la municipalité de Loches (Indre-et-Loire) selon lesquelles deux tableaux de l'église Saint-Antoine pourraient être de la main du Caravage ont suscité étonnement et amusement auprès de la communauté des historiens de l'art. Suivant l'avis de Pierre Rosenberg, Didier Rykner, dans La Tribune de l'Art, estime qu'il s'agit plutôt de copies anciennes, d'assez bonne qualité, du tableau de Potsdam pour L'Incredulité de saint Thomas et de celui de la National Gallery de Londres pour Le souper à Emmaüs. La discussion se poursuit sur les listes spécialisées: à défaut d'apporter une découverte patrimoniale, l'épisode aura servi à illustrer la possibilité d'effectuer une expertise crédible à partir des seules reproductions photographiques.

Illustration: D'après Michelangelo Merisi, dit le Caravage (1571-1610), "Le souper à Emmaüs", huile sur toile, Loches, église Saint-Antoine, reproduction: mairie de Loches (statut: domaine public).

Références: