Jury: Eric Michaud (directeur de thèse, EHESS), Charles Grivel (directeur de thèse, Université de Mannheim), Michael Diers (Université Humboldt de Berlin), Laurence Bertrand-Dorléac (Université de Picardie Jules Verne), Michel Poivert (Université de Paris I) et Michael Werner (EHESS).

La soutenance se déroulera en français et en allemand.

Résumé:
1880-1910: trois décennies au cours desquelles les images, et singulièrement les images photographiques, prirent une importance capitale dans la vie publique et qui virent naître dans la bourgeoisie libérale allemande un projet ambitieux: elle a en effet investi la société civile de la fonction de construire une culture visuelle éclairée sur les fondements d’une structure associative, de ses pratiques délibératives et de son idéal éducatif. Cette bourgeoisie encadra l’essor de la photographie en formant des clubs d’amateurs, en publiant des revues, en organisant de grandes expositions qui ne se limitaient nullement à la photographie d’art. L’espace public ainsi constitué tendait à faire émerger une culture commune à visée citoyenne. Pourquoi fut-ce les amateurs et non la presse, l’industrie ou les institutions culturelles, qui furent placés au cœur de ce projet? Quel fut l’horizon politique de ces images dans une Allemagne marquée par la propagande militariste et la Weltpolitik de Guillaume II? Quel fut le rôle de ces images et précisément des photographies du folklore et du territoire dans la construction "par le bas" d’une identité nationale?

Christian Joschke a notamment publié:

  • "Aux origines des usages sociaux de la photographie", Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 154, septembre 2004.
  • "La photographie, la ville et ses notables: Hambourg, 1893", Etudes photographiques, n° 17, novembre 2005.