André Gunthert souligne que ce type de questionnement doit constituer une réflexion préalable à l'orientation du sujet de recherche. Il revient sur le cas des images du domaine public, et rappelle qu'aucune protection n'existe pour les collections en dehors du cadre contractuel, ce qui entretient une attitude de prudence. Il estime toutefois qu'internet représente un des facteurs qui a le plus contribué à faire évoluer la réflexion sur le droit dans la période récente, et qu'à côté des réflexes de l'industrie, il existe des indicateurs positifs, comme ceux manifestés par les recommandations de la directive européenne. On peut penser que l'attitude de crispation actuelle restera un symptôme transitoire. S'il est certain que les chercheurs doivent prendre résolument leurs intérêts en main, leurs arguments sont en phase avec l'horizon qui se dessine à moyen terme.

Compléments bibliographiques:

  • André Gunthert, "Le droit d'auteur illustré" (éditorial), Études photographiques, n° 17, novembre 2005, p. 2-3.
  • Lawrence Lessig, L'Avenir des idées. Le sort des biens communs à l'heure des réseaux numériques (2001, traduit de l'anglais par J.-B. Soufron et A. Bony), Lyon, Pul, 2005.
  • Lawrence Lessig, Free Culture, 2004, traduction française en ligne sur Wikisource.
  • Emmanuel Pierrat, Reproduction interdite, Paris, Maxima, 2001.
  • Directive 2001/29/CE du Parlement européen du 22 mai 2001.
  • Projet de loi "Droit d'auteur et droits voisins dans la société de l'information".

Lire aussi sur ce blog: